Taubira désavouée sur le renseignement pénitentiaire

par LCP

Les députés poursuivent l'examen du projet de loi sur le renseignement. Mardi, en fin d'après-midi, ils ont débattu sur la question de savoir si le bureau du renseignement pénitentiaire doit utiliser les techniques de renseignement prévues par le nouveau texte.



Une hypothèse rejetée par la garde des Sceaux Christiane Taubira, qui estime que le ministère de la Justice ne doit pas "ordonner directement des mises en oeuvre de technique de recueil de renseignement". La ministre était soutenue par Cécile Duflot, la députée écologiste de Paris.



Filippetti s'indigne

En revanche, les députés UMP Jacques Myard, Guillaume Larrivé et Pierre Lellouche ont exprimé leur désaccord. Jean-Jacques Urvoas, le rapporteur PS du texte, s'est lui aussi opposé directement à Christiane Taubira sur ce point.



Finalement, Jean-Jacques Urvo

Vos réactions doivent respecter nos CGU.