«Rupture morale», «présomption d'innocence» : les réactions politiques au cas Richard Ferrand

par libezap

Le parquet de Brest a ouvert une enquête préliminaire dans l'affaire immobilière impliquant Richard Ferrand, alors qu'il était encore directeur des Mutuelles de Bretagne. Les représentants politiques invités des matinales de ce jeudi ont rapidement réagi. Tandis que Marine Le Pen parle de «rupture morale», certains - à l'image de Yannick Jadot - trouverait logique que le ministre de la Cohésion des territoires démissionne. Plus modéré, Thierry Solère rappelle qu'il «reste présumé innocent» et estime pour sa part qu'il n'y a, en l'absence de mise en examen, aucune raison que Richard Ferrand quitte le gouvernement.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.