Loi Macron : les députés dénoncent leurs conditions de travail

par LCP

209 articles et plus de 3000 amendements : le projet de loi Macron a doublé de volume entre son passage en commission spéciale et son arrivée dans l’Hémicycle, lundi. Une inflation législative qui n’est pas du goût des représentants des députés.

Réunis mardi matin en conférence des présidents à l’Assemblée nationale, les chefs de file des groupes parlementaires se sont insurgés contre le "temps programmé" sur la loi Macron qui limite à 15 jours la durée des débats dans l’Hémicycle. "C’est un mépris complet à l’égard du Parlement" dénonce Christian Jacob (UMP), tandis que Barbara Pompili et François de Rugy craignent que le travail parlementaire soit "bâclé".

Les présidents de groupes ont également protesté contre l’arrivée d’un autre texte, la loi NOTRE -à peine votée au Sénat- en commission.

Les précisions de Jean-Baptiste Daoulas

Vos réactions doivent respecter nos CGU.