Les policiers attendaient plus de l'allocution présidentielle

par BFMTV

Les policiers et les gendarmes attendaient beaucoup de l'allocution présidentielle de dimanche soir après les accusations et les soupçons de racisme envers certains d'entre eux. Le soutien d'Emmanuel Macron a été jugé "minimum" par les syndicats des forces de l'ordre. Ils se sont de nouveau retrouvés tard sur le Trocadéro pour manifester leur colère. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.