Le harcèlement de rue bientôt passible d’une amende

par BFMTV

Le porte-parole du gouvernement Benjamin Griveaux a indiqué ce mardi sur BFMTV que le montant de l'amende forfaitaire pour sanctionner les auteurs de harcèlement sexuel ou sexiste dans l'espace public serait de 90 euros. Ainsi, gestes déplacés, sifflements ou encore remarques obscènes pourront être verbalisées. Mais cette mesure est-elle vraiment applicable ? Policiers et associations féministes sont sceptiques quant à l’application concrète de cette mesure. Il faudra en effet prendre les harceleurs en flagrant délit pour pouvoir les verbaliser.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
1 commentaire - Le harcèlement de rue bientôt passible d’une amende
  • avatar
    akronous  (privé) -

    La femme ne mérite pas qu'on la harcèle...

    Ouvrons donc le journal et voyons, ce matin,
    Si la France aujourd'hui enfin se porte bien.
    Aux dires de certains, elle irait plutôt mieux :
    Son état serait loin d'être calamiteux.
    Que vois-je en page une ? Des femmes qu'on harcèle
    Et qui ne veulent plus qu'on leur plume les ailes,
    Qu'on plonge dans leur gorge un regard insistant,
    Qu'on caresse des yeux - ne fût -ce qu'un instant -
    les formes si jolies de leur anatomie,
    Innocente candeur pleine de bonhomie !
    Ce sursaut légitime est tout à leur honneur,
    Leur confère, d'emblée, un surcroît de grandeur
    Car la femme, ici-bas, a bien d'autres mérites
    Que d'être un nénuphar ou une marguerite.
    Ce n'est point davantage une simple potiche
    Qu'on pose sur un meuble ou sur une corniche,
    Pour donner au décor de la coquetterie,
    Comme on ourle un jupon d'un peu de broderie.
    Les malheureux atours dont elle orne son corps
    Ne sauraient lui donner plus de beauté encor ;
    Et s'il m'était permis, je le dirais tout net :
    La femme, croyez-moi, est loin d'être une bête.
    C'est à son cœur d'abord tout autant qu'à sa tête
    Qu'il faut sans plus tarder, sur le champ, faire fête.