Le gouvernement grec écarte une motion de censure

par euronews (en français)

Elle avait été déposée par le parti de gauche radical Syriza qui entendait dénoncer une nouvelle fois la politique d’austérité imposée au pays en échange de l’aide financière de la troïka UE-BCE-FMI qui se trouve actuellement dans le pays pour faire le point.

La coalition au pouvoir a toutefois perdu un élu et n’a plus que 4 sièges de majorité au parlement.

“Vous être pris au piège dans une impasse. Le pays va de l’avant, il laissera derrière lui l‘ère de la crise, et vous continuerez à combattre au sein de votre parti”, dénonce le Premier ministre Antonis Samaras.

Pour Alexis Tsipras, le leader de Syriza, il faut des élections anticipées : “Votre politique a détruit ce pays. La majorité des gens souffrent et vivent dans le désespoir “.

Des critiques soutenues par 3.500 partisans de son mouvement qui s‘étaient rassemblés devant la Vouli lors du débat sur le vote de confiance. Ils ont également dénoncé l‘évacuation musclée par la police des locaux de l’ancienne télévision pub

Vos réactions doivent respecter nos CGU.