La charge de l'ancien président du Conseil constitutionnel contre Emmanuel Macron

par 6MEDIAS

La réforme institutionnelle d'Emmanuel Macron ne fait pas l'unanimité. Elle n'est notamment pas du goût de Jean-Louis Debré. "Il y a un mal français qui consiste à changer sans cesse les règles du jeu politique. Cela me fait penser aux joueurs de football qui n'arrivent pas à marquer : pour y parvenir, soit ils s'entrainent plus, soit ils élargissent les buts. Et nous, nous sommes sans arrêt en train d'élargir les buts", déclare sans concession l'ancien président du Conseil constitutionnel dans une interview accordée au JDD. Une comparaison peu flatteuse. Un désaccord sur la méthode, même s'il est favorable aux ordonnances, un processus déjà utilisé par le chef de l'Etat. Il est néanmoins dubitatif quant à un éventuel recours au référendum. Il en profite pour tacler subtilement le président. "De Gaulle l'a fait. Mais tout le monde n'est pas de Gaulle. Et a-t-on intérêt à dresser les Français les uns contre les autres, à ouvrir les débats politiques alors qu'on a tellement besoin d'union et de cohésion ?", s'interroge Jean-Louis Debré dans le JDD.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
12 commentaires - La charge de l'ancien président du Conseil constitutionnel contre Emmanuel Macron
  • il a une drôle de tronche sur cette photo sa vraie personnalité sans doute qui ressort

  • C'est un coup de com. " les loups ne se mangent pas entre eux"

  • mefions nous des capricornes ils sont assez ciniques .;

    c'est un signe très faux jeton j'en connais un près de moi ignoble

  • Notre pays croule sous la dette, notre déficit commercial est abyssal...... ,et ce monsieur pense qu'il ne faudrait rien faire !!

  • Doit-on comprendre que, pour M. Debré, il faut être De Gaulle pour s'asseoir sur la Constitution ?