"L'indignité nationale", "une proposition ferme à laquelle nous tenons", prévient Larrivé

par BFMTV

Manuel Valls a laissé la porte ouverte mercredi à l'idée d'une peine d'indignité nationale proposée par la droite, en confiant "une réflexion transpartisane" à deux parlementaires. "Il faut que les Français terroristes ne soient plus reconnus comme des membres de la communauté nationale. Pour ceux qui sont binationaux, il faut qu'on arrive à leur retirer la nationalité française, et pour ceux qui sont français, les condamner à une peine d'indignité nationale, c'est-à-dire les priver de leurs droits civiques et politiques", a réagi Guillaume Larrivé. "C'est une proposition ferme à laquelle nous tenons", insiste-t-il.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.