Jean-Christophe Cambadélis, «pas certain» que les frondeurs acceptent une défaite

par Libé Zap

Les frondeurs grondent. Lors d'une interview accordée à RFI, Jean-Christophe Cambadélis a déclaré qu'il n'était pas «certain» que les frondeurs socialistes acceptent la défaite s’ils sont battus au congrès de Poitiers début juin. Le premier secrétaire du PS précise que les contestataires de sa ligne «se trompent parce que les éléments le démontrent». Il assure que «cela ne me met pas en colère que les frondeurs déposent une motion» mais il s'interroge tout de même sur leur capacité à encaisser une défaite. «Je pose une question : s'ils étaient battus, si une majorité existait, celle que je veux conduire, est-ce qu'ils accepteraient la majorité ou est-ce qu'ils continueraient à critiquer ?». «Je ne suis pas certain qu'ils soient sur une orientation d'accepter la majorité, ce qui pose un vrai problème», a déclaré le député de Paris.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.