Hong Kong au lendemain de l'occupation du parlement

par afp


La cheffe du gouvernement de Hong Kong a condamné mardi 2 juillet "l'usage extrême de la violence" par des manifestants qui ont occupé et saccagé le Parlement de l'ex-colonie britannique, défi sans précédent à l'autorité de Pékin. La crise qui secoue Hong Kong depuis des semaines du fait d'un projet de loi controversé autorisant les extraditions vers la Chine a franchi un nouveau palier lundi, jour anniversaire de la rétrocession du territoire semi-autonome à la Chine en 1997.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.