Fin de vie : "Il y a un moment où le patient souhaite renoncer..."

par LCP

"Nous avons simplement cherché des mots sur des gestes, à qualifier des actes." Alain Claeys a pris la parole mardi pour défendre sa proposition de loi sur la fin de vie élaborée avec le député UMP Jean Leonetti.

Le député socialiste de la Vienne estime que son texte "part du plus près de la demande de nos concitoyens, celle d’avoir une fin de vie sans souffrance et de pouvoir la maîtriser jusqu’au bout".

"Je sais que ce nouveau texte choque certains", reconnaît Alain Claeys. "Je sais que d’autres collègues, à l’inverse, auraient souhaité mettre en place l’euthanasie", continue le député, qui ajoute qu’"à son sens", "la demande des Françaises et des Français n’est pas de succomber à une injection létale".

"Il arrive un moment où le patient souhaite renoncer", analyse le député. "Il aura désormais la possibilité de se faire accompagner jusqu’au décès par une

Vos réactions doivent respecter nos CGU.