DébatDoc - Quelles réparations pour nos essais nucléaires ?

par LCP

Sous la présidence du général de Gaulle, la France se dote de la force de dissuasion nucléaire convoitée depuis le début de la Vème République. A quel prix ? Les 193 essais nucléaires réalisés de 1966 à 1996 en Polynésie, dans les atolls de Fangataufa et Mururoa, ont bouleversé l'existence des Polynésiens, contaminant certains par les retombées toxiques, dégradant des écosystèmes fragiles dans lesquels des déchets radioactifs ont été hâtivement jetés à la mer. Au long de cette gigantesque entreprise qui a mobilisé une centaine de milliers d'hommes et des milliards de francs, le mode de vie des habitants s'est trouvé transformé, des Marquises à Bora-Bora. Depuis les hésitations des décideurs politiques métropolitains sur le choix du lieu jusqu'aux conséquences sanitaires, environnementales et socio-économiques, ce film lève le voile sur une période de l'histoire polynésienne et postcoloniale française longtemps demeurée sous le signe du secret.

A la suite de ce documentaire Jean-pierre Gratien reçoit Benoit Pelopidas, fondateur du programme d'étude des savoirs nucléaires (Nuclear Knowledges) au Centre des relations internationales de Sciences Po (CERI) à Paris. Sur cette thématique, il s'agit du premier groupe universitaire français indépendant et transparent sur ses sources de financement. Auteur de : Repenser les choix nucléaires, Presses De Sciences Po - 2022. Thomas Statius, journaliste. Co-auteur : avec Sébastien Philippe de « Toxique. Enquête sur les essais nucléaires français en Polynésie », co-édition PUF/Disclos. Jean-Louis Camuzat, président de l'Association des vétérans des essais nucléaires

LCP fait la part belle à l'écriture documentaire en prime time. Ce rendez-vous offre une approche différenciée des réalités politiques, économiques, sociales ou mondiales....autant de thématiques qui invitent à prolonger le documentaire à l'occasion d'un débat animé par Jean-Pierre Gratien, en présence de parlementaires, acteurs de notre société et experts.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.