CVR : Peut-on humaniser la prison ?

par LCP

Invités :

Elisabeth Guigou, Députée PS de Seine-Saint-Denis

Jean-Paul Garraud, Député UMP de Gironde

...

La discussion portant sur le projet de loi pénitentiaire a débuté le mardi 15 septembre à l’Assemblée, le vote solennel étant prévu pour le 22 septembre. La première mouture du texte votée par le Sénat le 6 mars dernier est signée Rachida Dati, mais la version discutée dans l’hémicycle de l’Assemblée, et dont le rapporteur est le député UMP de Gironde Jean-Paul Garraud, comporte de nombreux amendements soutenus par la nouvelle Garde des Sceaux, Michèle Alliot-Marie. L'un des points controversés porte sur les aménagements de peine, tels que le port d'un bracelet électronique ou le régime de semi-liberté.

En effet, la polémique porte sur la mise en œuvre de ces aménagements de peine, de un à deux ans d’emprisonnement. Les partisans d’une réforme profonde du milieu carcéral critiquent l’amendement maintenant le seuil de ces aménagements de peine à des condamnations d’un an d’emprisonnement pour les récidivistes, alors que la première version du texte portait ce seuil à deux ans pour l’ensemble des condamnés. De même, l’Observatoire national des prisons, dirigé par Florence Aubenas, et le Syndicat national de la magistrature dénoncent l’absence de garantie concernant l’encellulement individuel, et une politique orientée vers une gestion ultra-sécuritaire de la prison.

Il faut dire qu’avec une surpopulation effrayante (62 420 prisonniers pour 53 323 places) et des suicides de détenus à répétition (115 en 2008 et déjà 97 depuis le début de l’année 2009), le chantier tendant à instaurer un état de droit et une situation humainement tolérable dans les prisons françaises s’annonce d’envergure. « Peut-on humaniser la prison ? », telle est la question que les invités d’Arnaud Ardoin se posent ce soir.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.