CVR : Permis à points: la fin du tout répressif?

par LCP

Le 14 décembre, un amendement gouvernemental sur le permis à points doit être déposé à l’Assemblée Nationale , avant le débat sur la loi sur la sécurité intérieure. Les associations de défense des automobilistes ainsi que de défense des victimes de la route sont sur le qui-vive. Les derniers chiffres témoignent de la difficulté des conducteurs de récupérer leurs points. Entre 2009 et 2010 le nombre de ceux ayant retrouvé leurs 12 points a reculé de 2,9% en un an. Entre 2008 et 2009, en revanche 32% d’automobilistes avaient retrouvé tous leur points .

Pour les associations de défense des automobilistes ce recul a pour cause l’emballement du système répressif voulu par le gouvernement dans le cadre de sa politique de sécurité routière : on assiste à une augmentation des outils de répression, 1500 radars en plus d’ici à 2012 (3000 aujourd’hui), et une augmentation des verbalisations de +1,7% en 2010.

Les automobilistes rencontrent une difficulté croissante pour récupérer leurs points en raison de cette politique du gouvernement.

Le Sénat a adopté en septembre 2009, contre l’avis du gouvernement, un amendement qui réduit le délais de restitution de points. Dans la continuité, le député des Bouches du Rhône Bernard Reynes qui se bat depuis plusieurs mois, a déposé un amendement à l’Assemblée Nationale afin d’assouplir les règles de récupération des points. La majorité présidentielle semble donc faire un geste vers les automobilistes.

Les associations de défense des victimes de la route tirent la sonnette d’alarme. Le gouvernement donnerait là un signe de laxisme en direction des automobilistes et les inciterait à faire moins attention.

Arnaud Ardoin et ses invités débattrons ce soir des conséquences de l’amendement de Bernard Reynes sur un éventuel assouplissement du système de récupération de points.

Invités :

+ Bernard Reynès, député UMP des Bouches-du-Rhône,

+ George Sarre, adjoint MRC au maire de Paris,

+ Laurent Hecquet,délégué général de l’association 40 millions d’automobilistes,

+ Vincent Julé, vice président de l’Association Victimes et Citoyens contre l’insécurité routière.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.