Ça Vous Regarde - Le débat : Vote de confiance : une majorité hésitante ?

par LCP

C'est le jour J : aujourd'hui Manuel Valls est attendu pour sa Déclaration de politique générale. Puis, dans la journée un débat suivi d'un vote ont lieu à l'Assemblée nationale. Le nouveau Premier ministre devra composer avec l'opposition du Front de gauche et l'abstention possible des écologistes. Seule certitude, l'UMP (199 députés) devrait voter contre, tout comme l'UDI (29 députés en l'absence de Jean-Louis Borloo) ainsi que le Front de gauche (10 députés), et des non-inscrits (dont les trois d'extrême droite), soit au maximum 250 députés. Les 17 députés écologistes, qui hésitent entre confiance et abstention rendront leur décision ce matin. Manuel Valls comptera donc sur le vote des députés socialistes, soit 291 dans l'hémicycle et potentiellement les radicaux de gauche (17) pour avoir sa majorité.



Mais, 89 frondeurs, dont plus de 80 députés et quelques figures du Parti socialiste, comme Emmanuel Maurel, leader de l'aile gauche, Guillaume Balas, représentant du courant de Benoît Hamon, réclament dans une tribune publiée dimanche dans le JDD, un nouveau « contrat de majorité ». Certains d'entre eux ont déjà indiqué qu'ils voteraient leur confiance. L'incertitude porte sur quelques figures de l'aile gauche du PS, comme Henri Emmanuelli qui menace de s'abstenir si le Parlement n'est pas appelé à se prononcer spécifiquement sur le pacte de responsabilité.



Que peut-on retenir de la déclaration de Manuel Valls ? Quels sont ceux qui ne le soutiennent pas dans les rangs de sa majorité ? Comment les écologistes vont-ils se positionner ?



Arnaud Ardoin en débat avec ses invités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.