Ça Vous Regarde - Le débat : Transparence : dictature ou démocratie réelle ?

par LCP

Pas question pour l’instant de remanier le gouvernement, ni même de changer de Premier Ministre. Pour réparer les dégâts causés par le séisme Cahuzac, François Hollande a trouvé un tout autre credo : moraliser la vie politique française. Un projet de loi sur la question sera donc présenté le 24 avril prochain pour « assurer la transparence complète sur les patrimoines des politiques, sanctionner plus sévèrement les manquements et renforcer la lutte contre la fraude fiscale et les paradis fiscaux », a indiqué le Premier Ministre dans un communiqué. L’opération transparence a déjà débuté : tous les ministres devront publier leur déclaration de patrimoine d’ici le 15 avril.

Certains ministres ont pris les devants. Marie-Arlette Carlotti, la ministre déléguée en charge des Personnes handicapées et de la Lutte contre l’exclusion, a été la première à publier sa déclaration de patrimoine sur son blog, suivie de près par Cécile Duflot. Plusieurs élus ont fait de même : après Laurent Wauquiez dans le JDD, François Fillon a livré lundi soir son patrimoine au JT de France 2 : une maison dans la Sarthe acquise pour 440 000 euros, moins de 100 000 euros d’épargne placés sur différents comptes et deux voitures « de plus de dix ans ». Si le dispositif de transparence a été déjà été appliqué avec zèle, il est fortement décrié chez certains politiques. L’ancien conseiller spécial de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino a qualifié de « totalitaire » toute ambition de « transparence totale », en ajoutant que cela n’apporterait rien. Une position également défendue par l’ancienne ministre UMP, Nadine Morano, au micro de France Inter : « La publication du patrimoine n’est pas un gage d’honnêteté », a-t-elle assuré.

Transparence rime-t-elle vraiment avec honnêteté ? Le projet de loi sur la moralisation permettra-t-il de résoudre la crise de confiance des Français envers les politiques ? François Hollande pourra-t-il reprendre la main et remonter dans les sondages ?

Arnaud Ardoin en débat ce soir avec ses invités :

 Pascal Cherki, député PS de Paris

 Guillaume Tabard, rédacteur en chef au Figaro

 Jean-Frédéric Poisson, député UMP des Yvelines

 Michela Marzano, philosophe

Pour cette cinquième saison, découvrez notre formule entièrement consacrée à l’actualité avec davantage d’interactivité…

Commentez en direct votre rendez-vous quotidien sur les réseaux sociaux.

Nous attendons toutes

Vos réactions doivent respecter nos CGU.