Ça Vous Regarde - Le débat : Syrie : une coalition sinon rien ?

par LCP

« La France est en guerre » : c’est avec ces mots que François Hollande a débuté son discours devant le congrès réuni à Versailles au lendemain des attentats de Paris. Une guerre, qui conduit l’armée française à bombarder les positions de l’Etat islamique en Irak et en Syrie. La France, qui participe depuis un an à la coalition internationale en Irak, a décidé en septembre d’élargir ses opérations à la Syrie. Cet après-midi, les députés doivent se prononcer sur la prolongation de l’engagement des forces aériennes au-dessus du territoire syrien.

En riposte aux attentats du 13 novembre, le chef de l’Etat a décidé d’intensifier les frappes françaises en Syrie. Le porte-avions Charles-de-Gaulle est arrivé sur zone et les bombardements se multiplient en territoire syrien visant des centres de commandement ou des camps d’entraînement.

Sur le plan diplomatique, François Hollande enchaîne les rencontres officielles. Hier, il a rencontré Barak Obama à Washington. Demain, ce sera au tour de Vladimir Poutine de recevoir la visite du président français. L’objectif est simple : renforcer la coopération entre les pays dans la lutte contre le terrorisme islamiste.

Pour le moment, l’envoi de troupes au sol n’est pas envisagé, même si les Etats-Unis parlent d’un déploiement de forces spéciales en Syrie.

Les bombardements en Irak et en Syrie seront-ils suffisants pour éradiquer Daech ? Faut-il envoyer des troupes au sol ? Faut-il cesser cette guerre pour éviter les représailles sur notre sol ?

Les invités d’Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde.

Invités :

 Nicole Ameline, députée Les Républicains du Calvados

 Denis Sieffert, directeur de la rédaction de Politis

 Camille Grand, directeur de la Fondation pour la Recherche Stratégique

 Jean-Marc Germain, député PS des Hauts-de-Seine

Question JDD : Faut-il engager des troupes au sol en Syrie pour combattre Daech ? Votez sur LeJDD.fr et réagissez en direct dans l’émission, via Twitter, avec le hashtag #CVR.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.