Ça Vous Regarde - Le débat : Roms: hors-la-loi ou boucs émissaires ?

par LCP

Cet été les incidents dans le Loir-et-Cher et la banlieue grenobloise auront provoqué un tournant dans la politique sécuritaire du gouvernement. D’un jeune gitan qui force le passage d’un contrôle routier à un maghrébin qui braque un casino, le Président de la République en aura profité pour resserrer les mailles de son discours sécuritaire, tissant un amalgame entre immigration et insécurité, nationalité et criminalité. Augmentation du nombre de caméras de surveillance, changement des règles de naturalisation, ou encore intensification des démantèlements de camps de Roms : dans son discours de Grenoble, Nicolas Sarkozy annonce des réformes tous azimuts et la communauté Roms se mue en bouc-émissaire du tout sécuritaire.

Entre stratégie politique et réponse apportée aux enjeux d’intégration de cette

communauté, la politique du gouvernement a suscité une polémique ravivée au gré des raccompagnements à la frontière. Cette politique se heurte notamment aux critiques de la Commission européenne, démontrant ainsi qu’au-delà de la situation de cette communauté en France, la question de l’intégration des Roms se pose au niveau européen.

Après le démantèlement d’une cinquantaine de camps et l’arrimage de plusieurs avions à destination de pays d’Europe de l’Est, des centaines de Roms ont ainsi quitté le territoire français au cours de l’été.

Que se cache-t-il derrière cette théâtralisation de leur renvoi ?

La communauté Roms serait-elle ce deus ex machina victime de la mise en scène gouvernementale ?

INVITES

+ Morgan Garo, docteure en géographie-géopolitique, travaille depuis de nombreuses années sur les communautés roms d’Europe. Auteure de Les Rroms : une nation en devenir ? (éd. Syllepse)

+ Marie-Pierre de la Gontrie, Secrétaire Marie-Pierre de la Gontrie, Secrétaire nationale du et à la justice.

+ Bernard Valero, porte-parole du Quai d’Orsay

+ Malik Salemkour, Malik Salemkour, Vice-Président de la Ligue des Droits de l’Homme et du collectif national Romeurope.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.