Ça Vous Regarde - Le débat : Retraites : la bataille de la pénibilité

par LCP

Le 16 juin dernier, le gouvernement a dévoilé son projet de réforme des retraites, prévoyant notamment un recul de l’âge légal de départ de 60 à 62 ans en 2018, date à laquelle le régime des retraites devra avoir retrouvé l’équilibre financier. Le ministre du Travail Eric Woerth a assuré que le gouvernement avait élaboré sa réforme selon deux exigences, la responsabilité et la justice.

L’opposition et les syndicats pointent pourtant du doigt une réforme socialement injuste, notamment sur le plan de la pénibilité professionnelle. Marie-George Buffet a par exemple estimé que le fait d’imposer une visite médicale pour juger de la pénibilité du travail d’un salarié, justifiant une retraite anticipée, était "la mesure la plus honteuse" de la réforme. Le PS s’est également indigné de la prise en compte au cas par cas de la pénibilité, constatation médicale à l’appui, en lieu et place d’une prise en compte collective selon les métiers. Il faut dire que les négociations sur la pénibilité professionnelle entre syndicats et patronats ont lamentablement échoué tandis que la mission d’information parlementaire consacrée à ce thème n’a jamais abouti.

Le projet de réforme des retraites sera présenté en Conseil des ministres le 13 juillet. Autour d’Arnaud Ardoin, les invités de Ca vous regarde nous livrent ce soir leur analyse sur une réforme majeure.

Invités :

+ Valérie Rosso-Debord, députée UMP de Meurthe-et-Moselle, membre de la commission des affaires sociales,

+ Alain Vidalies, député socialiste des Landes, membre du groupe d’études pénibilité du travail et maladies professionnelles,

+ Yves Bongiorno, membre du Comité exécutif fédéral de la CGT, chargé des conditions de travail à la fédération de la métallurgie,

+ Sandrine Gorreri, directrice de la rédaction du mensuel de l’IFRAP, Société civile.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.