Ça Vous Regarde - Le débat : Maires : une espèce en voie de disparition ?

par LCP

Le congrès des maires de France s’est ouvert hier, avec la traditionnelle réunion des élus d’Outre-mer, et se tient jusqu’à jeudi à la Porte de Versailles. Plusieurs ministres seront au rendez-vous, et Manuel Valls clôturera le congrès jeudi après-midi. Il devrait faire face à une salle en colère.

En cause d’abord : une baisse des moyens accordés aux collectivités locales. « Les collectivités subissent une réduction sans précédent de leurs ressources financières, risquant de mettre en cause les services à la population et la capacité d’investissement du bloc communal », explique-t-on à l’Association des maires de France. Mais c’est un rapport de la Cour des comptes sur les finances locales rendu public en octobre qui a fini d’exaspérer les maires. Les magistrats leur reprochent de n’avoir « pas apporté la contribution attendue à la réduction des déficits publics », à cause d’une progression trop rapide des frais de personnel (+3,1% en 2013).

Vive réaction de Jacques Pélissard, le président de l’AMF : « Nous n’avons pas de leçon à recevoir de qui que ce soit ».

Autre sujet d’inquiétudes : la réforme territoriale amorcée par le gouvernement et pour le moins confuse. Les compétences de chaque collectivité locale seront redéfinies dans un nouveau volet de la réforme territoriale qui sera examiné au Parlement dans les prochaines semaines. Quelles seront, à l’avenir, les compétences des communes, et avec quels moyens ? C’est la question que se posent les maires. Certains parlent de supprimer les communes afin de réduire le nombre d’échelons du fameux mille-feuille territorial.

François Baroin sera élu à la fin du congrès président de l’AMF pour un mandat de trois ans.

Comment Manuel Valls fera-t-il face à la fronde des maires ? Les communes pourraient-elles faire les frais de la réforme territoriale ? Faut-il supprimer les communes ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.