Ça Vous Regarde - Le débat : Ma petite entreprise : elle connaît la crise...

par LCP

Nouvelle manifestation des patrons à Lyon aujourd’hui, à l’appel du Medef, de la CGPME et de l’UPA. Lundi dernier déjà, plusieurs milliers de patrons de petites entreprises ont bravé le froid pour crier leur mécontentement sous les fenêtres de Bercy. Ils dénoncent d’abord des charges trop lourdes mais également la complexité du compte pénibilité, mis en place par la dernière réforme des retraites ou encore la rigidité des seuils sociaux.

Pourtant, le gouvernement multiplie les déclarations d’amour aux entreprises. « J’aime l’entreprise ! », avait lancé Manuel Valls aux universités d’été du Medef. Plus concrètement, l’exécutif a d’abord accordé 20 milliards d’euros de baisses de charge dans le cadre du CICE, puis 40 milliards dans le cadre du pacte de responsabilité.

Le pacte de responsabilité impliquait des contreparties de la part des entreprises. Mardi, Emmanuel Macron a pointé du doigt le patron du Medef : « Dans ’pacte de responsabilité’, il y a ’responsabilité’. (…) Très peu d’accords de branche ont été signés. C’est un échec et c’est aussi le sien ». Hier, dans l’hémicycle, Manuel Valls a fustigé le comportement des patrons : « Quand la Nation, à travers le Parlement, consent et va consentir un effort de 40 milliards d’euros pour les entreprises, pour la compétitivité, pour baisser la fiscalité et pour baisser les charges, chacun doit être à la hauteur de ses responsabilités ».

De leur côté en revanche, les Français soutiennent le mouvement des patrons. Selon un sondage publié par Opinionway lundi, 58% des sondés comprennent leur mécontentement.

Les patrons ont-ils raison de manifester leur mécontentement ? Faut-il une nouvelle fois baisser les charges des entreprises ? Emmanuel Macron a-t-il raison d’accuser Pierre Gattaz d’être responsable de l’échec du pacte de responsabilité ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.