Ça Vous Regarde - Le débat : Loi Macron : un texte qui fait pschitt ?

par LCP

C’est un texte à haut risque qu’Emmanuel Macron, ministre de l’Economie a présenté mercredi en Conseil des ministres. Au PS, la première version du projet de loi « croissance et activité » a déclenché de vives réactions. Dans la foulée, Solferino a fait rédiger un « mémorandum » par Karine Berger, responsable des questions économiques qui ressemble fort à un contre-projet.

Mardi, le ministre a été fraichement accueilli par les députés socialistes à qui il était venu présenter son projet de loi. Les débats promettent d’être animés, alors qu’une partie du groupe socialiste envisage de s’abstenir, ou de voter contre ce texte, et que les frondeurs PS ont déjà annoncé un vote contre le 22 janvier.

Plusieurs points cristallisent tous les débats. Le chantier de la réforme du marché du travail, notamment le travail le dimanche, divise le PS. Douze dimanches par an, au lieu des 5, pourraient être travaillés, ce qui ne remporte pas l’unanimité des députés socialistes.

Autre grogne : la réforme des professions réglementées. Aujourd’hui, huissiers, notaires, avocats et autres professions réglementées du droit manifestent contre la réforme Macron, jugeant que le texte menace leur équilibre mais aussi l’accès à la justice. Ce projet de loi, qualifié de « fourre-tout » par certains, est pourtant jugé encourageant par des économistes de différentes sensibilités, mais selon eux, il peut être amélioré.

Alors que certains parlent déjà de l’application du 49.3 (qui permet à l’exécutif de faire passer un texte sans vote à l’Assemblée) et que cette loi a déjà été vidée d’une partie de sa substance, sera-t-elle votée par l’ensemble des députés socialiste ? Quel impact aura -telle sur la croissance ? Va-t-elle débloquer du pouvoir d’achat pour les Français ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.