Ça Vous Regarde - Le débat : Le football fait-il encore rêver ?

par LCP

Appel de balle. Après moults passes, l’équipe de France de football est aujourd’hui prête à affronter les meilleurs joueurs du monde entier. Crampons aiguisés, énergie retrouvée, les Bleus participeront demain à leur premier match de la coupe du monde 2010 contre l’Uruguay en Afrique du Sud.

Mais les joueurs de l’équipe de France essuient, depuis quelques temps maintenant, tacles saignants et remontrances publiques provenant des médias spécialisés comme des personnalités publiques et politiques. Depuis la victoire de 1998, l’unique étoile du maillot bleu se ternit peu à peu. Domenech ne serait pas la “bonne personne”, le bon entraîneur ; les footballeurs gagnent trop d’argent, parfois même des sommes indécentes en ces temps de crise ; la conduite de certains joueurs laisse à désirer : affaire Zahia, etc… Individualisme et paillettes sont malheureusement venus dribbler les Bleus. Mais quelles valeurs véhicule donc le sport national français, qui compte aujourd’hui plus de 2 226 000 licenciés ? Le football français est-il devenu hors-jeu ?

L’équipe de France de football a tout simplement besoin de soutien. Hier, Nicolas Sarkozy transmettait ses amitiés à Raymond Domenech et ses sincères encouragements à toute l’équipe. Le football français peut renaitre de ses cendres, et faire étinceller une seconde étoile. Pour découvrir les origines de ce sport mondialement pratiqué, pour comprendre les enjeux qui se cachent derrière cette événement planétaire, suivez Ca vous regarde, ce soir. Arnaud Ardoin arbitrera le match entre chercheurs et politiques, passionnés de football.

Invités :

+ François-Michel Gonnot, député UMP de l’Oise,

+ Jacques Blociszewski, chargé d’études, auteur de Le match de football télévisé (éditions Apogée),

+ Paul Dietschy, maître de conférences à l’Université de Franche-Comté, co-auteur de Le Football et l’Afrique (éditions EPA/FIFA),

+ Steve Marlet, footballeur professionnel, capitaine du FCM d’Aubervilliers.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.