Ça Vous Regarde - Le débat : Indemnités chômage : M. Valls agite le chiffon rouge ?

par LCP

En déplacement à Londres lundi, le Premier ministre Manuel Valls a lancé un pavé dans la marre. Selon des propos rapportés par la presse il a déclaré : « c’est dans la contrepartie, dans le dialogue avec ceux qui recherchent de l’emploi que l’on peut améliorer les marges, ça s’appelle la réforme du marché du travail ». Le lendemain, à son tour, Jean-Marie Le Guen, secrétaire d’Etat aux relations avec le Parlement, affirme : « Nous trouvons, et je pense que beaucoup de Français trouvent, qu’il y a tout un système de montants de rémunération maintenus, qui pose un certain nombre de questions ».

Réaction immédiate des syndicats, Thierry Le Paon de la CGT et Laurent Berger de la CFDT qui ont opposé une fin de non-recevoir catégorique aux déclarations du gouvernement. Le premier a parlé de « provocation », tandis que le deuxième a jugé « hors de question » de remettre en cause la convention en vigueur.

C’est ce qu’ont confirmé également Jean-Christophe Cambadélis et Claude Bartolone, en annonçant qu’une réforme de l’assurance chômage n’était pas sur la table. Manuel Valls a rajouté hier lors des questions au gouvernement : « l’efficacité et l’équité » de l’assurance chômage en France sont un « débat légitime » et cette question devra se reposer lors de la prochaine renégociation des règles prévue « au plus tard en 2016 ».

Cette déclaration intervient alors que l’exécutif multiplie les pistes de réforme du marché du travail, dans une période de chômage massif (3,42 millions en juillet) et au moment où le budget de la France, dans un climat tendu, va être examiné par la Commission européenne.

Doit-on réduire le montant et de la durée des allocations chômage ? Est-ce la pression de Bruxelles qui pousse le gouvernement vers cette piste ? Se dirige-t-on vers la fin de notre modèle social ? Arnaud Ardoin en débat avec ses invités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.