Ça Vous Regarde - Le débat : Hidalgo/NKM: Un fauteuil pour deux?

par LCP

Après deux mandats à la Mairie de Paris, Bertrand Delanoë laisse son fauteuil de maire à sa dauphine, Anne Hidalgo. Face à elle, Nathalie Kosciusko-Morizet pour l'UMP mène une campagne semée d'embuches et n'arrive pas à séduire totalement les parisiens. Nicolas Sarkozy est venu personnellement la soutenir lors de son premier meeting de campagne. Une première pour l'ancien chef d'Etat qui était resté jusqu'alors en retrait de la vie politique. De son côté, Lionel Jospin souhaite la victoire d'Anne Hidalgo et il s'est également déplacé figurer sur la photo de famille.
Alors que les sondages défavorables s'enchaînent, le dernier effectué par l'Institut CSA pour « Le Figaro », Orange et BFMTV, donne NKM perdante dans le 14ème arrondissement, où elle est tête de liste, une nouvelle vague de dissidences frappe au moins cinq arrondissements. Quatre UDI mécontents et un chef d'entreprise ont en effet décidé de présenter leur liste. Après Charles Beigbeder et son "Paris libéré", voici Denis Payre et son "Nous citoyens". De son côté, le ministère de l'intérieur a lancé lundi une campagne de communication baptisée « Oui je vote ». « Vous tweetez  ? Pensez aussi à voter  ! ». Un moyen de lutter contre une abstention élevée au sein de l'électorat de gauche, scénario redouté par le gouvernement.
Ces élections peuvent également représenter un vote sanction contre la politique menée par François Hollande. Selon un sondage BVA pour iTélé-le Parisien -Aujourd'hui en France du 13 et 14 février, parmi les 25 % de Français qui ont l'intention de voter en mars sur des enjeux nationaux, la quasi-totalité (22 %) entend sanctionner le gouvernement. Et ils ne sont que... 3 % à souhaiter soutenir le chef de l'Etat. La bataille est loin d'être gagnée... A 5 semaines des élections, Arnaud Ardoin fait le point avec ses invités.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.