Ça Vous Regarde - Le débat : Familles : la fin des privilèges ?

par LCP

11,7 milliards d’euros : c’est le montant abyssal du déficit de la sécurité sociale en 2014, alors qu’il devait passer sous la barre des 10 milliards. L’objectif en 2015 est donc simple pour le gouvernement : faire encore des économies. Pour cela, Marisol Touraine, ministre de la santé et son collègue Christian Eckert, ministre du budget ont décidé de s’attaquer à deux dispositifs : le congé parental et la prime de naissance.

Le congé parental devrait être porté de six mois à un an pour le premier enfant mais seulement si les deux parents le prennent. Il devrait rester de trois ans à partir du deuxième enfant, mais à condition que le deuxième parent prenne au moins 6 mois. Par souci d’égalité selon le gouvernement. Mais surtout par souci d’économie. Les hommes profitent peu de leur congé parental. Résultat : la Sécu est gagnante.

Quant à la prime de naissance, elle devrait être divisée par trois dès le deuxième enfant. Cette mesure va ramener la prime à 308 euros pour les deuxièmes naissances et les suivantes, pour les enfants nés à compter du 1er janvier 2015, contre 923,08 euros actuellement.

Au total, la branche famille va être sollicitée à hauteur de 700 millions d’euros en 2015.

Le gouvernement a-t-il raison de raboter le congé parental pour faire des économies ? A-t-il raison de réduire la prime de naissance dès le deuxième enfant ? La politique familiale doit-elle être préservée de toute économie ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.