Ça Vous Regarde - Le débat : Exilés / Rapatriés fiscaux : le chassé-croisé

par LCP

C'est un chiffre dont le gouvernement est fier. En 2015, le rapatriement des capitaux détenus par des Français à l'étranger pourrait rapporter 2,65 milliards. Jackpot pour Bercy qui cherche à financer les baisses d'impôts promises aux ménages les plus modestes. Mais cette victoire cache aussi une défaite. En effet, à la demande des parlementaires de la commission des finances, Bercy leur a remis un rapport sur l'évolution du nombre de départs de contribuables français à l'étranger. Résultat : en 2007, 25 000 contribuables avaient quitté l'Hexagone. En 2013, ils étaient près de 47 000. En clair, si certains, incités par le fisc, se sont repentis, d'autres, dans le même temps quittent la France. Conséquence d'un ras-le-bol fiscal ? Le ministère des Finances tente de minimiser le phénomène en expliquant que beaucoup ne cherchent pas à fuir l'impôt mais sont simplement partis travailler à l'étranger.Les particuliers ne sont pas les seuls à tenter d'échapper à l'impôt en France. Dans un rapport parlementaire rendu public le 6 octobre dernier, les députés Marc Laffineur (Les Républicains) et Isabelle Bruneau (PS) estiment entre 40 et 60 milliards d'euros les bénéfices des entreprises qui échappent à l'impôt. Soit un manque à gagner de 15 milliards d'euros pour l'État.Deux ans après le vote d'une loi visant à lutter contre la fraude fiscale, le bilan est-il positif ? Combien coûte aujourd'hui à la France l'évasion fiscale ? Faut-il alléger la pression fiscale sur les ménages et les entreprises pour éviter l'exil ?Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde.Invités : Yann Galut, député PS du Cher Nicolas Dupont-Aignan, député de l'Essonne et président de Debout la France Monique Pinçon-Charlot, sociologue et auteure de Tentative d'évasion (fiscale), Zones, 2015 Charles Beigbeder, entrepreneur et élu de ParisQuestion JDD : Comprenez-vous les contribuables qui évadent leur argent ? Votez sur LeJDD.fr et réagissez sur Twitter avec le...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.