Ça Vous Regarde - Le débat : Emmanuel Macron : la réforme coûte que coûte

par LCP

Les dés sont jetés. C’est aujourd’hui que la France remet sa copie budgétaire à la commission européenne. Et déjà, elle sait que sa note sera mauvaise. Et pour cause : ce projet ne correspond pas aux normes d’équilibre édictées par Bruxelles. Le déficit français n’atteindra pas le seuil des 3% fixé par le traité de Maastricht. C’est donc un bras de fer qui s’engage entre le gouvernement et la commission.

La copie est mauvaise, certes, mais certains membres du gouvernement cherchent à se rattraper. Et à montrer que la France peut mieux faire. C’est le cas d’Emmanuel Macron, jeune ministre de l’Economie nommé à la place du turbulent Arnaud Montebourg en août dernier. Dans un entretien au JDD, dimanche dernier, Emmanuel Macron s’est prononcé en faveur d’une réforme plus approfondie de l’assurance-chômage. « Il y a eu une réforme, elle est insuffisante, on ne pourra pas en rester là », a-t-il affirmé.

Et pour donner des gages à Bruxelles, le ministre de l’Economie présente ce matin les grandes lignes de son projet de loi croissance qui comporte notamment la réforme des professions réglementées ou encore la libéralisation du travail dominical par exemple. Vendredi, Emmanuel Macron affirmait : « On ne changera pas l’économie française avec une loi. Au-delà du texte, c’est un esprit que je veux apporter ».

Le budget français sera-t-il retoqué par Bruxelles ? Les déclarations d’Emmanuel Macron rassurent-elles la commission européenne ? Faut-il aller plus loin dans les réformes ?

Vos réactions doivent respecter nos CGU.