Ça Vous Regarde - Le débat : Dette : qui va payer l'addition ?

par LCP

Le Sénat a adopté, le mercredi 8 décembre, le projet de loi de finances pour 2012. Il propose un texte totalement remanié par rapport à la version votée par l’Assemblée nationale.D’où la mise en place, lundi dernier, d’une commission mixte paritaire … En vain ! En effet, n’étant pas parvenue à se mettre d’accord sur un texte lundi dernier, son intervention s’est soldée par un échec.Les députés procèderont donc le mercredi 14 décembre à une nouvelle lecture du projet de loi de finances pour 2012 et rétabliront le texte dans sa version votée par l’Assemblée.Concrètement, le Sénat a souhaité montrer qu’en pleine crise financière, « d’autres choix sont possibles » en votant près de 30 milliards de recettes nouvelles pour l’État.Plusieurs mesures ont pour cela été votées, dont la suppression de la première loi emblématique du quinquennat de Nicolas Sarkozy – la loi Tepa, l’allègement de l’impôt sur la fortune ou la suppression de la taxe sur les sodas.Valérie Pécresse parle d’une « récession programmée », soutenant alors le texte adopté par la majorité à l’Assemblée : quatrième collectif budgétaire pour 2011 , et, mesure phare, passage de la TVA à 7% pour l’ensemble des biens et services actuellement taxés à 5,5%.A quoi s’ajoutent « de possibles ajustements en fonction de la réalité de la croissance en 2012 », selon François Fillon.Le deuxième plan de rigueur sera-t-il suffisant pour endiguer les déficits de l’État ? L’augmentation de la TVA ne risque-t-elle pas de toucher les consommateurs les plus précaires ? Un troisième plan de rigueur est-il à craindre ?Invités : + Eric Woerth, Député UMP de l’Oise, ancien Ministre. + Pierre-Alain Muet, Député PS du Rhône, économiste. + Michel Didier, Président du Coe-Rexecode. + Olivier Andrault, Chargé de mission à l’UFC Que Choisir. En présence de députés, d’experts, de personnalités mais aussi de citoyens, ce magazine dédié à la vie parlementaire et politique développe chaque soir un thème fort au coeur de l’actualité. Entre...

Vos réactions doivent respecter nos CGU.