Ça Vous Regarde - Le débat : Déchéance de nationalité : le président sème le trouble

par LCP

Lors de son discours au Congrès de Versailles du 16 novembre, François Hollande prononça la phrase "déchéance de nationalité" pour les binationaux djihadistes. Cette proposition à laquelle il s'était toujours refusée arriva sur le devant de la scène.



Un mois après, couac autour de cette mesure controversée provoqué par la garde des Sceaux : Christiane Taubira, annonçant sur la radio algérienne Chaîne 3 l'annulation de la retenue de cette injonction.



Il n'en fallait pas plus enclencher le dossier politico-médiatique de ces derniers jours. Rétropédalage de la part de Christiane Taubira dès le 23 décembre, avec appui ferme et définitif de Manuel Valls confirmant que cette sentence de déchéance de nationalité figurerait bien dans la réforme constitutionnelle.
Ce pataquès a ouvert une brèche où chacun s'est engouffré pour donner son avis, et provoqué des ruptures dans les différents partis politiques, et principalement dans celui du pouvoir en place, le Parti Socialiste.



Pourquoi cette problématique de "déchéance de nationalité" déchire-t-elle le PS ? Comment chacun peut exprimer son opinion tout en restant cohérent avec les volontiers du Président de la République et du gouvernement (si unité dans le gouvernement il y a..) ?



Les invités d'Arnaud Ardoin en débattent ce soir sur le plateau de Ça vous regarde :



 Marie-Noëlle Lienemann, sénatrice PS de Paris



 Guillaume Larrivé, député LR de l'Yonne



 Dominique Rousseau, professeur de droit public à l'université Panthéon-Sorbonne Paris-I



 Jean-Sébastien Ferjou, cofondateur et directeur de la rédaction du site d'information Atlantico



Question JDD : Etes-vous favorable à la déchéance de nationalité pour les Français partis faire le djihad ? Réagissez en direct durant l'émission, via Twitter, grâce au hashtag #CVR.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.