Ça Vous Regarde - Le débat : Agriculture : peut-on vivre sans pesticides ?

par LCP

En 2007 Nicolas Sarkozy déclare qu’ il « souhaite que la culture commerciale

des OGM pesticides soit suspendue. » Considérant que nous ne connaissons pas tous les effets des pesticides à long terme sur la santé, l’ objectif du Président était ainsi de les remplacer progressivement par des produits de substitution. Suite aux travaux du Grenelle de l’ Environnement, le gouvernement propose que le bio représente 6% de la surface agricole

en 2010, pour 2,1% en 2007. Il annonce également que les produits issus de la culture biologique devraient représenter 20% des commandes publiques (hôpitaux, ministères, écoles, etc.) et à même hauteur dans la restauration collective (restaurants d’ entreprise). La question des moyens à mettre en œ uvre n’ a pas été clairement élucidée.

Le 29 avril 2010 l’ Office parlementaire d’ évaluation des choix scientifiques et technologiques (OPECST) rend public un rapport sur « les pesticides et la santé ». Ce rapport a suscité de nombreuses critiques, notamment sur l’ affirmation selon laquelle les pesticides de l’ industrie chimique seraient plus sains que les insecticides naturels. Certains considèrent alors que « les parlementaires sont enfumés » par les lobbies de l’ industrie agricole, comme le titre Libération du jour suivant.

Ainsi, le débat oppose d’ une part les agriculteurs à qui les pesticides permettent de meilleurs rendements, aux défenseurs de l’ environnement et ceux soucieux de ce que nous mettons dans nos assiettes. Autour d’ Arnaud Ardoin , les invités de Ca vous regarde tenteront de faire la lumière sur ce débat.

Invités :

+ Antoine Herth, député UMP du Bas-Rhin,

+ Claude Gatignol, député UMP de la Manche, vice-président du groupe d’études agro-alimentaire et filière agricole à l’Assemblée nationale,

+ François Veillerette, président du Mouvement pour le droit et le respect des générations futures,

+ Philippe Collin, porte-parole de la Confédération paysanne.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.