40 ans après la loi Veil, les députés veulent réaffirmer le droit fondamental à l'IVG

par LCP

Près d’une femme sur trois a dû recourir à l’interruption volontaire de grossesse. Pourtant, 40 ans après le début des débats autour du projet de loi dépénalisant l’IVG - ou loi Veil - l’avortement reste tabou.

"Tout le discours ambiant que l’on a pu entendre, sur la famille, le retour à la maternité bienheureuse, fait que celles qui ne souhaitent pas être mères à un moment de leur vie ou toute leur vie se sentent à nouveau stigmatisées et ont beaucoup de mal (…) à interrompre une grossesse", explique Danielle Gaudry, bénévole au planning familial. Par ailleurs, en dix ans, 130 centres qui pratiquaient l’IVG ont fermé.

Face à ces difficultés, une proposition de résolution rédigée par la députée PS Catherine Coutelle va réaffirmer ce mercredi à l’Assemblée le "droit fondamental" à l’IVG. "Les jeunes générations, (ne doiv

Vos réactions doivent respecter nos CGU.