VIDÉO. Violences contre des parlementaires : les présidents de groupe entrent ensemble à l'Assemblée nationale

VIDÉO. Violences contre des parlementaires : les présidents de groupe entrent ensemble à l'Assemblée nationale
Les députés applaudissent Richard Ferrand à l'issue de sa prise de parole à l'Assemblée nationale mardi 12 février.

Orange avec AFP-Services, publié le mardi 12 février 2019 à 16h18

Les huit présidents de groupes sont entrés ensemble dans l'hémicycle pour dire leur solidarité avec les parlementaires victimes de menaces et de violences. 

Les présidents de groupes à l'Assemblée nationale sont entrés ensemble à l'Assemblée nationale mardi 12 février. Objectif : dire leur solidarité avec Richard Ferrand, président de l'Assemblée nationale. Le député LREM du Finistère a porté plainte vendredi 8 février après la découverte de la tentative d'incendie de son domicile breton. Selon les informations du Parisien, Jean-Christophe Lagarde, président du groupe UDI, serait à l'origine de ce geste de soutien. Les chefs de groupes entendaient également dénoncer les violences et menaces dont des parlementaires de la majorité sont victimes depuis plusieurs mois. 



"L'ensemble des présidents des groupes parlementaires m'a accompagné pour ouvrir notre séance. Réuni ce matin, l'ensemble des présidents des groupes de l'Assemblée nationale a condamné unanimement et avec la plus grande fermeté les actes de violence, d'intimidation et de dégradation commises à l'encontre des représentants de la nation. Ces actes inacceptables portent atteinte à la République et la démocratie tout comme les actes de racisme et d'antisémitisme radicalement contraires au valeur de la République que nous ne tolérerons jamais", a déclaré en ouverture de séance le président de l'Assemblée nationale Richard Ferrand. 



Le secrétaire d'État attaché au ministre de l'Intérieur Laurent Nuñez a affirmé lundi sur Franceinfo que 80 "dégradations, exactions" visant des permanences parlementaires ou des domiciles avaient été recensées depuis le début du mouvement des "gilets jaunes". 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.