VIDÉO. Salon de l'agriculture : "C'est un monde qu'Emmanuel Macron méprise", dénonce Laurent Wauquiez

VIDÉO. Salon de l'agriculture : "C'est un monde qu'Emmanuel Macron méprise", dénonce Laurent Wauquiez
Laurent Wauquiez le 27 février 2018 au salon de l'agriculture.

Orange avec AFP, publié le mardi 27 février 2018 à 11h49

En visite au salon de l'agriculture, le président du parti Les Républicains (LR) a accusé le chef de l'État de ne "pas comprendre" le milieu agricole, qui "n'est pas juste un secteur économique" .

Comme chaque année, les politiques se pressent au salon de l'agriculture. Emmanuel Macron y a passé 12 heures et demie samedi 24 février pour l'ouverture, un record de présence pour un président de la République.

Laurent Wauquiez a prévu lui d'y passer deux journées entières mardi 27 et mercredi 28 février. L'occasion pour le président de LR de se poser en défenseur du monde agricole, un milieu que le président de la République "ne comprend pas" selon lui.



"Je suis là pour témoigner de ma solidarité aux agriculteurs. C'est un monde que je connais bien, c'est le monde de mon département et de ma région. Je défends le modèle français, fait avec des exploitations familiales, des gens qui travaillent dur, qui veulent juste pouvoir vivre du fruit de leur travail", a déclaré le président d'Auvergne-Rhône-Alpes, présent dès 8h30 porte de Versailles.

"Ce monde-là, Emmanuel Macron ne le comprend pas. Il ne l'écoute pas. C'est un monde qu'il méprise", a-t-il lancé. "Combien de fois, depuis qu'il est président de la République, il est venu sur une exploitation agricole ? Moi, tous les mois, je vais échanger et discuter avec des agriculteurs". Car "il y a quelque chose qu'il (M. Macron) n'a pas compris : l'agriculture en France n'est pas juste un secteur économique. C'est une part de la culture française, et c'est ça qu'il faut défendre".



M. Wauquiez a demandé que "le président de la République s'engage à ce que le budget européen de l'agriculture ne baisse pas". Il a aussi estimé que ce serait "une folie de signer ce traité (de libre-échange) du Mercosur qui va faire entrer des produits d'Amérique Latine dans des conditions qui ne sont pas acceptables", et alors qu'"on a ici la chance d'avoir des gens qui font des produits extraordinaires".

Le patron de LR a en revanche refusé de répondre à Alain Juppé, qui a vivement répliqué lundi 26 février à ses attaques sur sa gestion des finances locales à Bordeaux, évoquant des propos "tout à fait lamentables" et "d'une vulgarité extrême". "C'est à vous que je vais parler cash : je suis ici au salon de l'agriculture pour parler des agriculteurs. Et si jamais ça ne vous intéresse pas, ce que je peux parfaitement comprendre, ben faut pas venir au salon de l'agriculture", a-t-il expliqué aux journalistes.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.