VIDÉO - Primaire à droite : en mal de parrainages, NKM détourne les propos de ses rivaux

VIDÉO - Primaire à droite : en mal de parrainages, NKM détourne les propos de ses rivaux

Nathalie Kosciusko-Morizet en meeting à Paris le 19 juin 2016.

A lire aussi

Orange avec AFP, publié le mardi 05 juillet 2016 à 16h25

- Le camp de Nathalie Kosciusko-Morizet a publié un montage vidéo des propos de ses rivaux à la primaire de droite chantant ses louanges. -

Nathalie Kosciusko-Morizet assurait mercredi dernier être à "la moitié du chemin", concernant les parrainages nécessaires à sa candidature pour la primaire de droite en vue de l'élection présidentielle de 2017.

La députée Les Républicains de l'Essonne est donc difficulté, quand un Jean-François Copé assurait début mai disposer des parrainages de parlementaires nécessaires et que des ténors du parti tels que François Fillon ou Alain Juppé n'ont sans doute eu aucun mal à les obtenir.

Pour convaincre élus et militants de parrainer NKM, son équipe de campagne a publié ce mardi 5 juillet un montage vidéo de ses rivaux à la primaire. Le maire de Meaux, l'ancien Premier ministre, Hervé Mariton, Bruno Le Maire ou encore Nicolas Sarkozy y chantent tous ses louanges dans des extraits remontant pour la plupart à sa campagne pour la mairie de Paris en 2014. "J'observe que Nathalie fait une campagne remarquable", assure Jean-François Copé, tandis que François Fillon la décrit comme "innovante", "intrépide".



"ILS LA SOUTIENNENT, PARRAINEZ-LA"

Parfois il s'agit simplement de détournement à son avantage. "Je souhaite qu'elle soit candidate (...) c'est une des raisons fondamentales de mon engagement politique", explique encore Bruno Le Maire, alors que pour Alain Juppé "c'est une espérance". Ironiquement, la candidate à la primaire a également glissé une image de Nicolas Sarkozy, datant d'avant 2012, avec qui elle est désormais en froid, dans laquelle il assure être "très fière d'elle".

Au milieu de tous ses compliments, se glisse un appel on ne peut plus clair : "ils la soutiennent, parrainez-la". Sur Twitter, NKM en rajoute une couche en postant la vidéo assorti d'un "Merci à tous pour votre soutien".



RISQUE DE PRIMAIRE FERMÉE

Pour pouvoir participer à la primaire, les candidats doivent réunir les parrainages de 250 élus sur 30 départements, dont 20 parlementaires, et de 2.500 adhérents du parti, des conditions que Nathalie Kosciusko-Morizet n'a eu de cesse de dénoncer. "Aujourd'hui le parti ne fait pas son boulot, pour ce qui est de faire la promotion de la primaire", critiquait la semaine dernière l'élue LR. "Les adhérents aujourd'hui n'ont pas reçu de bulletins de parrainages", reprochait-elle, ajoutant : "On leur envoie des choses tout le temps, des appels à donner de l'argent (...) Concrètement aujourd'hui, vous avez probablement une majorité de nos adhérents qui ne savent pas qu'ils peuvent parrainer un candidat à la primaire".

Deuxième problème, "une majorité de Français ne savent pas que la primaire est une primaire ouverte et qu'ils pourront aller voter sans être encartés, et le parti n'en fait pas la publicité", déplorait-elle. "Il y a un vrai risque, une vraie pression en quelque sorte, que la primaire soit une primaire fermée", craignait-elle. "La restriction du nombre de candidats, des électeurs, va de pair avec la restriction du débat". "Il y a dans certaines fédérations des secrétaires départementaux qui appellent pour faire des parrainages pour Nicolas Sarkozy alors qu'il n'est pas encore déclaré, et puis il y a des pressions sur les uns et les autres pour ne pas parrainer", regrettait-elle également.
 
73 commentaires - VIDÉO - Primaire à droite : en mal de parrainages, NKM détourne les propos de ses rivaux
  • avatar
    [=pseudo.pseudo] -

    [=reaction.title]

    [=reaction.text]

avatar
[=pseudo.pseudo] -

[=reaction.text]