VIDÉO. Passation de pouvoir : quand Édouard Philippe fait attendre Gérard Collomb

VIDÉO. Passation de pouvoir : quand Édouard Philippe fait attendre Gérard Collomb
Édouard Philippe et Gérard Collomb le 3 octobre 2018 au ministère de l'Intérieur.

, publié le mercredi 03 octobre 2018 à 12h05

Les médias ont largement commenté cette image de Gérard Collomb attendant seul Édouard Philippe sur le perron du ministère de l'Intérieur avant la passation de pouvoir.

Au lendemain d'un premier refus, Emmanuel Macron a fini par accepter mardi soir 2 octobre la démission du ministre de l'Intérieur Gérard Collomb, qui veut reprendre la mairie de Lyon. Dans l'attente de la nomination d'un successeur, le chef de l'État a demandé au Premier ministre Édouard Philippe d'assurer l'intérim.

La passation de pouvoir entre les deux hommes a eu lieu ce mercredi 3 octobre place Beauvau.

Un moment sans chaleur et placée sous le signe de l'improvisation qui a notamment débuté en retard, a relaté Franceinfo, soulignant que le Premier ministre participait à un conseil restreint de défense à l'Élysée. Conséquence : Gérard Collomb a dû patienter. À tel point que le ministère de l'Intérieur a brutalement coupé la diffusion en direct des images alors que le ministre démissionnaire attendait sur le perron, les bras croisés, depuis une dizaine de minutes, a expliqué la radio.



Une décision largement commentée par les journalistes. Pour l'éditorialiste de BFMTV Laurent Neumann, c'est "une façon de lui signifier qu'il a poussé le bouchon très loin".



Une passation de pouvoir tendue

Une fois sur place, le chef du gouvernement, au visage impassible, a salué "la culture, le caractère direct de l'expression" de Gérard Collomb. Sans desserrer les dents, il a également fait part de la "détermination" de l'exécutif "d'assurer le plus haut niveau de sécurité aux Français".



Avant une poignée de mains assez polaire avec son successeur provisoire, Gérard Collomb a dit quitter "avec regret" un ministère "apaisé", tout en dressant un tableau sombre de la situation sécuritaire dans le pays.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.