VIDÉO. Le gouvernement veut donner un coup de pouce aux fonctionnaires les plus "mal payés"

VIDÉO. Le gouvernement veut donner un coup de pouce aux fonctionnaires les plus "mal payés"

Une infirmière à l'hôpital Jeanne-de-Flandres de Lille, le 30 janvier 2014.

Orange avec AFP, publié le vendredi 23 mars 2018 à 13h42

Le gouvernement entend "faire du rattrapage sur des métiers" comme celui d'"infirmière" ou "un certain nombre de métiers de catégorie C" - la plus basse -, a expliqué vendredi le ministre de l'Action et des Comptes publics Gérald Darmanin, au lendemain d'une journée de grève et manifestations de fonctionnaires.

Plus de 300.000 personnes ont défilé jeudi 22 mars dans des manifestations, pour défendre le service public, le statut des fonctionnaires et des cheminots. Le taux de grévistes, à 12,8% pour la fonction publique d'Etat, 8,11% pour la territoriale, et 10,9% dans l'hospitalière, selon des estimations du ministère, a légèrement baissé par rapport au 10 octobre. "Nous constatons un léger fléchissement de cette mobilisation, mais pour autant j'écouterai toujours, le gouvernement écoutera toujours ceux qui manifestent", a réagi vendredi matin 23 mars le ministre de l'Action et des comptes publics sur Europe 1. Gérald Darmanin souhaite notamment une revalorisation de la rémunération des fonctionnaires les plus "mal payés".

Le gouvernement entend "faire du rattrapage sur des métiers" comme celui d'"infirmière" ou "un certain nombre de métiers de catégorie C" - la plus basse -, a détaillé l'ancien maire de Tourcoing, au lendemain d'une journée de grève et manifestations qui a vu des centaines de milliers de fonctionnaires défiler dans la rue, essentiellement pour leur pouvoir d'achat. Ce rattrapage ne concernera pas "tout le monde, parce qu'il y a des agents dans la fonction publique qui sont payés correctement, et d'autres qui sont effectivement mal payés", a-t-il expliqué.



Il a ainsi réaffirmé que le point d'indice, qui sert au calcul de la rémunération des fonctionnaires des trois versants de la fonction publique (Etat, territoriale et hospitalière), resterait gelé. L'augmentation du point d'indice coûte "2 milliards" d'euros, pour "quelques euros sur la feuille de paie de ceux qui sont mal payés dans la fonction publique", a-t-il justifié.

L'exécutif souhaite également accroître la part du salaire "au mérite" des agents, a rappelé Gérald Darmanin. Interrogé sur le calendrier de ces mesures, le ministre a rappelé qu'"un an de négociation" est prévu avec les organisations syndicales. "Nous présenterons un projet de loi au début de l'année 2019", a-t-il également redit.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
29 commentaires - VIDÉO. Le gouvernement veut donner un coup de pouce aux fonctionnaires les plus "mal payés"
  • Se baser sur le nombre de manifestants permet de biaiser l'analyse.....beaucoup l'ont fait sur leur temps libre dans les services de santé.
    Nous sommes des gens responsables et ne voulons pas créer le chaos déjà limite dans nos services monsieur le secrétaire d'état !
    Vous faites du bricolage,mais la note à payer sous peu va être très salée pour la France et son état de santé.

  • droit de grève et fonction hospitalière = laissez moi rire . Pourquoi dire que l'on est gréviste puisque tous réquisitionnés en paramédical .(personnel en flux tendu permanant = au quota minimal de la réquisition ). Noter les gens pour les faire taire : la solution de tout gestionnaire de personnel ....

  • Le gouvernement écoutera toujours ceux qui manifestent...Merci Monsieur Darmanin pour ceux qui ne peuvent pas manifester comme dans les TPE (ou PME parfois) qui n'ont aucun avantage et qui n'auront donc rien de plus mise à part la chute encore plus vertigineuse du pouvoir d'achat .

  • Diviser pour mieux régner

    oui, ce qui n'augure rien de bon.

  • A force de matraquer les salaires toujours vers le bas...? La Suisse offre aux frontaliers sans diplôme spéciaux dans leurs usines des salaires de 4000 a 5000 francs Suisse qui est l'équivalent de l'euro... Mais chez nous les employeurs sont tellement pauvres qu'ils sont obliger de se réfugier dans les paradis fiscaux...