VIDÉO. Grève de la SNCF : "Nous tiendrons", assure Bruno Le Maire

VIDÉO. Grève de la SNCF : "Nous tiendrons", assure Bruno Le Maire

Bruno Le Maire le 15 février 2018 à Paris.

Orange avec AFP, publié le dimanche 18 mars 2018 à 14h38

Alors que les syndicats de cheminots prévoient une grève de près de trois mois sur le rythme de "deux jours sur cinq" dès avril pour protester contre la réforme de la SNCF, le ministre de l'Économie a réaffirmé la fermeté du gouvernement.

Après avoir provoqué la colère des syndicats, la réforme de la SNCF inquiète désormais les usagers. Face à la détermination du gouvernement de faire adopter cette réforme controversée d'ici à l'été en ayant recours aux ordonnances, un dispositif permettant d'écourter les débats au parlement, les syndicats de cheminots ont annoncé jeudi 15 mars une grève de près de trois mois sur le rythme de "deux jours sur cinq", à partir du mardi 3 avril et jusqu'au jeudi 28 juin.

"La grève n'est pas une fin en soi" mais une arme syndicale pour amener l'exécutif à négocier et atteindre un "résultat", ont souligné vendredi la CGT-Cheminots (1er syndicat de la SNCF) et l'Unsa-Ferroviaire (2e). Mais quelle que soit la durée du mouvement social, "nous tiendrons", a répondu dimanche 18 mars Bruno Le Maire.



Disant "penser aux usagers" et rappelant que la suppression du statut des cheminots ne s'appliquerait qu'"aux nouveaux cheminots et pas aux anciens", le ministre de l'Économie a affirmé au micro de l'émission[Questions politiques sur France Inter qu'il ne cachait ni son "étonnement" ni sa "surprise" devant les appels à la grève annoncés "alors que les discussions ne sont pas achevées"."Il faut donner sa chance à la discussion", a-t-il plaidé.

Le ministre a assuré que la question de la dette de la SNCF serait sur la table des discussions, sans dire précisément si l'État était prêt à la reprendre à son compte, tout ou partie. "Si je vous le disais, je serais un piètre négociateur" a-t-il fait valoir.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
298 commentaires - VIDÉO. Grève de la SNCF : "Nous tiendrons", assure Bruno Le Maire
  • 21.03.18 12:20

    les adorateurs de la destruction du public devraient se rappeler les précédents :

    - les plus âgés se souviennent que la privatisation des 3 vieilles banques Crédit Lyonnais, Société Générale et Banque Nationale de Paris nationalisée en 1946 a produit un bond des frais bancaires
    - la privatisation de la Poste a-t-elle fait parvenir plus rapidement le courrier et le timbre coûte-t-il moins cher ?
    - la semi-privatisation d'EDF a-t-elle fait baisse le prix du kw ou tout le contraire
    - que va produire la privatisation de la SNCF - véritable objectif de macron : l'exploitation des lignes TGV rentables payées par les 47 milliards empruntés par la SNCF (et repris par le contribuable) et l'abandon des petites lignes ou intercités déficitaires à la SNCF et au portefeuille du contribuable régional

  • C'est sûr, l'abolition des privilèges (enfin, au moins une partie), ça ne se fait pas sans douleur, si l'on se réfère à la nuit du 4 Août 1789 ... La caste des rentiers des régimes spéciaux et des privilégiés de ce machin public brinquebalant et surendetté ne vont pas lâcher prise sans faire des dégâts au frais de ceux qui les financent (impôts et prix exorbitants du train).

  • Soyez rassuré Monsieur nous aussi on tiendra ferme

    Et toi bouna60, tu fais quoi en ce moment comique ?

  • Il veut dire qu'il tiendra bon la barre quand le train est bondé et qu'il est debout serré contre les autres ?

  • ce Mr iras au plus offrants en 2022 ! sachez le..