VIDÉO. "Gilets jaunes" : Édouard Philippe ne veut pas de "bololo" et amuse le web

VIDÉO. "Gilets jaunes" : Édouard Philippe ne veut pas de "bololo" et amuse le web
Édouard Philippe à Nouméa, Nouvelle-Calédonie, le 5 novembre 2018.

publié le mercredi 14 novembre 2018 à 11h11

REVUE DE TWEETS. Invité de RTL mercredi matin, le chef du gouvernement a mis en garde ceux qui souhaiteraient bloquer les routes et "mettre le bololo partout".

Autrement dit, le désordre, en argot militaire.

Le Premier ministre Édouard Philippe a mis en garde mercredi 14 novembre les "gilets jaunes", qui lancent une opération de blocages des routes à travers la France samedi, leur rappelant que "la loi s'applique" et que "l'entrave à la circulation, c'est sanctionné".

"Je le dis aux Français : vous avez le droit de manifester, bien sûr, mais il faut prendre ses responsabilités et respecter la loi", a-t-il averti sur RTL. "Celui qui se dit 'ah bah tiens, je vais bloquer ici, ça va être formidable je vais mettre le bololo partout, il sait que ce faisant, il va prendre un risque s'il ne respecte pas la loi", a-t-il poursuivi.



L'expression "bololo", qui est un terme d'argot militaire utilisé dans le cadre des OPEX (opérations extérieures, ndlr) en Afrique et qui signifie "désordre", souligne Le HuffPost, a fait réagir les internautes.

Sur Twitter, le journaliste Vivien Vergnaud remarque qu'il n'est pas le seul à ne pas avoir compris ce terme.



D'autres, ont préféré en rire.





Habituellement, c'est Emmanuel Macron qui est habitué aux expressions désuètes. Après "carabistouilles" ou "poudre de perlimpinpin", le chef de l'État a lâché un "ils vous empapaouté", qui veut dire "ils vous ont arnaqué", la semaine dernière dans la Somme.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.