VIDÉO. "Gilets jaunes" : Christophe Castaner appelle Jacline Mouraud "à assumer ses responsabilités"

VIDÉO. "Gilets jaunes" : Christophe Castaner appelle Jacline Mouraud "à assumer ses responsabilités"
Christophe Castaner devant l'Assemblée nationale, le 14 novembre

Orange avec AFP, publié le dimanche 18 novembre 2018 à 13h00

Invité de la matinale de RTL dimanche 18 novembre, le ministre de l'Intérieur a répondu aux accusations de l'une des instigatrices du mouvement des "gilets jaunes", qui avait déclaré que le gouvernement était responsable de la mort d'une manifestante samedi en Savoie.

Jacline Mouraud "est prête à dire n'importe quoi et à faire n'importe quoi", a estimé Christophe Castaner dimanche matin. Quelques heures plus tôt, la militante bretonne, dont le coup de gueule contre le hausse des prix des carburants avait été largement relayé sur les réseaux sociaux, estimait que l'exécutif était responsable de la mort d'une "gilet jaune", fauchée par une voiture à un barrage en Savoie.

"Évidemment, je déplore" cet accident, avait déclaré Jacline Mouraud après le drame. "Mais qui est responsable de cette situation, sinon le gouvernement français ? Donc le gouvernement est responsable du décès de cette dame", avait-elle poursuivi.



Dimanche, le ministre de l'Intérieur a appelé la militante à "assumer ses responsabilités". "Cette dame devient une star médiatique et est prête à dire n'importe quoi et à faire n'importe quoi", a réagi Christophe Castaner au micro de RTL. "Moi je ne cherche pas à l'heure qu'il est la responsabilité. (...) J'aimerais que Jacline qui a appelé à se mobiliser et à désorganiser le pays au quotidien, assume ses responsabilités."



Le ministre a également fait part de son "émotion" pour la conductrice à l'origine du drame. "Prise de panique parce qu'on bouscule sa voiture, parce qu'on l'empêche d'emmener sa fille à l'hôpital ou de voir un médecin", la femme a foncé sur la foule, fauchant une manifestante de 63 ans à Pont-de-Beauvoisin, en Savoie, a rappelé le ministre. "Je n'en suis pas à chercher à désigner qui que ce soit", a-t-il insisté. Outre ce décès, plus de 400 personnes ont été blessées entre samedi et dimanche mati, dont 14 gravement, dans différentes régions de France.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.