VIDÉO. Bruno Le Maire violemment pris à partie par un syndicaliste

VIDÉO. Bruno Le Maire violemment pris à partie par un syndicaliste
L'échange musclé a eu lieu lors d'une visite du ministre dans l'usine PSA de Mulhouse, le 23 février 2018.

Orange avec AFP, publié le vendredi 23 février 2018 à 17h16

Le ministre de l'Economie a été interpellé sur les embauches alors qu'il visitait l'usine PSA de Mulhouse.

"Qu'est ce vous êtes venu faire ici ? Vous êtes venu faire des cadeaux aux patrons ?", a lancé un syndicaliste de la CGT à Bruno Le Maire, en visite à l'usine PSA de Mulhouse, dans le Haut-Rhin. Le ministre de l'Economie et des Finances a été vivement pris à partie, rapporte une journaliste de France Info qui a filmé la scène.



"Je suis venu ici pour garantir aux Français qu'on va garder une industrie automobile", répond Bruno Le Maire au syndicaliste, Salah Keltoumi, qui insiste : "Vous êtes l'avocat de Carlos Tavarès (le président de PSA), vous êtes le copain des patrons".

Un excédent de 6 milliards d'euros pour PSA en 2017

"Comment se fait-il qu'on supprime des emplois ? (...) Il y a des intérimaires ici qui ne demandent qu'à être embauchés !", lance encore Salah Keltoumi, accusant Bruno Le Maire d'être responsable des 6 millions de chômeurs.

"Comment se fait-il que cette entreprise continue à supprimer des emplois alors qu'elle gagne des milliards d'euros ?", interroge le syndicaliste alors que le constructeur automobile a annoncé un excédent de près de 6 milliards d'euros, en hausse de 15%, vendredi 23 février. "Pendant ce temps, on nous augmente de 19 euros !", conclut Salah Keltoumi.

En janvier dernier, la direction de PSA a annoncé le départ de 177 personnes du site de Mulhouse dans le cadre de nouvelle procédure de rupture conventionnelle collective, avant d'annoncer quelques jours plus tard l'embauche de 50 personnes en CDI. 1.438 intérimaires travaillent chez PSA, en plus des 5.700 CDI.

Le service de gestion de commentaires évolue.

A compter du 29 mars, le Journal de Réactions et la publication de commentaires seront temporairement fermés.

Les discussions autour des sujets qui vous tiennent à cœur resteront prochainement possibles au travers d’un tout nouveau service vous permettant de réagir.

 
154 commentaires - VIDÉO. Bruno Le Maire violemment pris à partie par un syndicaliste
  • avatar
    Laurencedarabi  (privé) -

    Aux pourfendeurs des organisations syndicales, en particulier la CGT.
    Si ces syndicats sont si faibles, et moribonds, pourquoi donc les attaquer, les calomnier, et si ils sont aussi "pitoyables" et inefficaces que vous l'affirmez, au moins soyez cohérents avec vous mêmes mettez vos propos en harmonie avec vos actes :
    - renoncez aux 5 semaines de congés payés, cet "archaïsme",
    - et si, sait-on jamais, vous étiez frappé par un néoplasme, renoncez à l'assurance maladie et aux soins médicaux, ce système "rétrograde"
    - nul doute, que le moment venu, vous renoncerez également à vos pensions de retraite, cette "idéologie d'un autre siècle" ...
    - et si, par malheur votre employeur "qui a tout compris", décidait de mettre fin à votre contrat de travail malgré vos bons et loyaux services, je ne doute pas que vous renoncerez à votre indemnisation "chômage" .
    Chiche, les donneurs de leçons de tout poil, les "y a qu'à" et les "faut que".
    Ou alors, ayez au moins la décence de ne pas cracher dans la soupe !

    avatar
    jimmy71  (privé) -

    Ils disent haut et fort ce que certains préfèrent ne pas entendre........

    avatar
    Laurencedarabi  (privé) -

    A jimmy. Pour entendre des âneries, vaut mieux ne pas les entendre, hein ?

    bien dit

  • avatar
    Laurencedarabi  (privé) -

    Le syndicaliste a parfaitement raison, une entreprise qui fait des milliards de profit devrait partager les bénéfices à celles ou ceux qui les produisent.19 euros d'augmentation, une honte cette misère !

  • Coquito, à croire avec modération !

  • Un syndicaliste de la CGT? Surtout ne lui accorder aucune importance. C'est une grande gu... qui
    veut se mettre en avant et s'il est représentant syndical, il doit se pavaner devant ses petits
    camarades. C'est d'ailleurs sans doute la seule chose qu'il sache faire, car lui il ne travaille pas, il se contente de représenter ceux qui travaillent vraiment.

    Vous avez l'air bien informé, donnez nous vos sources qu'on en profite.

    avatar
    Laurencedarabi  (privé) -

    En effet EsSpinoza, notre hôte semble être bien informé...Peut-il nous apporter la preuve de ses allégations ?

    avatar
    Laurencedarabi  (privé) -

    Donnez nous les preuves, mon bon ...

  • Un petit rappel s'impose : L'économie française est une économie de marché (privé) dans laquelle l'Etat a très peu son mot à dire. Il ne peut forcer les entreprises à embaucher ni les empêcher de licencier. Il n'a qu'un rôle d'incitateur., de coordinateur.
    Il est donc parfaitement inutile d'accabler l'Etat de tous les maux comme on a pris trop l'habitude en France. C'est directement à la direction de l'entreprise qu'il faut se plaindre. Mais il est vrai que les syndicats français politisent tout.