VIDÉO. À Lille, le service d'ordre de Macron aurait écarté un journaliste aux questions gênantes

VIDÉO. À Lille, le service d'ordre de Macron aurait écarté un journaliste aux questions gênantes
Emmanuel Macron à Tourcoing le 14 novembre 2017.

Orange avec AFP, publié le mercredi 15 novembre 2017 à 14h23

POLITIQUE. "Notre reporter a été bloqué par la sécurité, difficile pour nous de poser des questions", a tweeté le compte de l'émission de France 5 "C à Vous" en relayant la vidéo de son journaliste chargé de suivre le président lors de sa visite à Lille, mardi 14 novembre.



Critiqué pour ne pas s'être intéressé à la banlieue depuis son élection, Emmanuel Macron a voulu rectifier le tir. Lundi et mardi, le président s'est rendu à Clichy-sous-Bois (Seine-Saint-Denis), puis dans le Nord, à Lille, Roubaix etTourcoing, où il a appelé à une "mobilisation nationale" pour les quartiers en difficulté et fait plusieurs annonces en faveur des banlieues. À chaque sortie, le chef de l'État s'est offert, comme à son habitude, un petit bain de foule. Pour autant, l'aborder n'était pas toujours très simple, en témoigne l'expérience d'un journaliste de "C à Vous".

"Notre reporter a été bloqué par la sécurité, difficile pour nous de poser des questions", a tweeté le compte de l'émission de France 5, séquence vidéo à l'appui.



À Lille, le reporter du talk-show cherche à interroger Emmanuel Macron sur son image de "président des riches", en vain. Le chef de l'État le rembarre d'abord gentiment : "Je viens voir les Français, je ne viens pas commenter la presse. Ça ne m'intéresse pas. Si vous voulez votre formule... Je sais d'où je viens et où je veux aller". Puis il ne répond plus au journaliste, qui se fait par la suite écarter par le service d'ordre. "Je ne peux plus poser de question au président", s'indigne alors le reporter. "Voilà", lui rétorque l'un des hommes qui l'a écarté. Mis à l'écart, le jour­na­liste et son came­ra­man n'ont pas réussi à réintégrer la manifestation.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU