Valls : Mélenchon "représente un danger" pour la France

Valls : Mélenchon "représente un danger" pour la France
Manuel Valls sur les bancs de l'Assemblée nationale le 27 juin 2017.

Orange avec AFP, publié le jeudi 21 septembre 2017 à 21h24

POLITIQUE. L'ancien Premier ministre a estimé jeudi que le leader de la France insoumise (LFI) se comporte "comme un factieux" et est "dangereux" quand il essaie de "remettre en cause l'élection du président de la République".

De nouvelles manifestations ont eu lieu jeudi 21 septembre contre la réforme du code du travail.

La mobilisation ne fait que "commencer", a assuré Jean-Luc Mélenchon deux jours avant la manifestation de samedi, qu'il organise contre ce qu'il qualifie de "coup d'État social" d'Emmanuel Macron.

Invité de BFMTV jeudi soir, Manuel Valls s'est dit "inquiet". "Quand on est un républicain, un démocrate, qu'on aime profondément son pays, qu'on est conscient aussi des fragilités et des dangers, on ne joue pas avec ça, on ne se comporte pas comme un factieux, on est à un certain niveau", a déclaré le député apparenté à la République en marche (LREM) de l'Essonne. "Une chose est de contester une politique, de la remettre en cause, c'est son droit mais il faut être respectueux des institutions et du vote", a-t-il estimé, reprochant au leader de LFI d'"attiser les colères".

"Ce dégagisme qu'il porte, cette remise en cause de l'élection, cette alliance sur le terrain avec des courants fondamentalistes, je l'ai vécue dans l'Essonne, représente pour moi un danger", a développé l'ancien Premier ministre alors que le député de Bouches-du-Rhône parle depuis plusieurs semaines d'"élections anticipées".

"Je ne sais pas si c'est le premier opposant à Emmanuel Macron, mais je sais que Jean-Luc Mélenchon est un adversaire. Il est un adversaire politique, que j'estime, à ce niveau-là, dangereux pour mon pays ; il faut le combattre", a-t-il ajouté. "Je ne partage pas toute cette sympathie, ces sourires à son égard, je pense qu'il représente un danger. Il faut le dire : quand on remet en cause une élection démocratique, c'est qu'on a un autre projet", a-t-il accusé.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.