Valls aux députés PS : "La gauche de gouvernement peut sortir pulvérisée"

Valls aux députés PS : "La gauche de gouvernement peut sortir pulvérisée"
Le Premier ministre, Manuel Valls, le 18 octobre 2016 à l'Assemblée nationale.

, publié le mardi 18 octobre 2016 à 15h45

Le Premier ministre Manuel Valls a appelé mardi les députés socialistes, déboussolés par les difficultés du président Hollande, à être "solides", en avertissant d'un risque de voir "pulvérisée" la gauche de gouvernement.

Lors de la réunion qui rassemble comme chaque mardi le groupe socialiste à l'Assemblée, le chef du gouvernement a adressé un message de remobilisation, notamment face aux propositions de la droite "qui ne visent qu'à s'attaquer à notre modèle social", a relaté à l'AFP un participant. Manuel Valls, qui a annulé une visite sur un chantier de tramway en Seine-Saint-Denis pour se rendre auprès des députés, n'a toutefois pas fait de référence directe à l'émoi semé par les propos polémiques de François Hollande dans le livre-confession de deux journaliste du Monde, "Un président ne devrait pas dire ça..."

"IL Y A PLEIN DE DÉPUTÉS AU BORD DE LA FALAISE"

"Ce que je ressens dans ce moment-là, c'est que la gauche de gouvernement peut sortir pulvérisée.

Et ma responsabilité, la vôtre en tant que parlementaires, c'est d'être solides", a-t-il affirmé selon ce témoin. "Et surtout au moment de la primaire à droite, avec ce programme économique commun de la droite qui ne vise qu'à s'attaquer à notre modèle social. Il faut donc tenir les institutions collectivement. Faire attention à cela : à la France et à la gauche", a poursuivi Manuel Valls.



A l'entrée et à la sortie de la réunion, les députés socialistes étaient partagés entre leurs doutes et la volonté de tourner une page très difficile pour le chef de l'État. "Il y a plein de députés au bord de la falaise. La porte du vide est là. Les légitimistes sont abasourdis. Il y a un truc de cassé", soupirait un proche du Premier ministre. La candidature Hollande est-elle encore souhaitable ? "C'est à lui de prendre sa décision", a déclaré Hugues Fourage, député de Vendée lui aussi proche de Manuel Valls. "Je ne suis pas sûr que les députés socialistes soient les plus à même de pouvoir infléchir la décision du président, dans un sens ou dans l'autre", a-t-il estimé.

Pour le député marseillais Patrick Menucci, "on va pas non plus feuilletonner une situation difficile pour nous tous. Les choses sont compliquées, bien sûr qu'il y a une incompréhension, que les gens parlent". Hollande ? "La question est de savoir s'il a une capacité de rebond. Ce qui est important l'année prochaine, c'est la capacité de survie de notre courant politique, la social-démocratie", a-t-il jugé.

VALLS, L'HYPOTHÈSE DU RECOURS

Lundi soir, le Premier ministre avait livré un discours adouci sur la laïcité et l'islam, appelant "au rassemblement et à l'espérance". Le chef du gouvernement, qui a ferraillé ces derniers mois avec une partie de la gauche sur sa conception de la laïcité, a cette fois mis de côté les sujets qui divisent (voile, burkini...) pour employer un ton rassembleur, avec notamment un message direct aux musulmans de France, "face à ce déchaînement qui vise toujours à pointer du doigt, à trouver des boucs émissaires". Venu dans sa ville d'Évry pour installer un conseil local de la laïcité, le locataire de Matignon leur a dit, "du fond du cœur, et avec une part d'émotion, que la laïcité n'est pas dirigée contre eux, mais au contraire est là pour les aider, pour les protéger. L'Etat que j'incarne est là à leurs côtés", a-t-il assuré.


Avec un chef de l'État déjà mal en point dans les sondages, l'hypothèse d'un recours à Manuel Valls si François Hollande renonçait est revenue au premier plan, alimentée par des déclarations de proches du Premier ministre. Samedi, il sera à Tours avec le patron du PS Jean-Christophe Cambadélis. Il entend affirmer que "la gauche de gouvernement ne peut pas être absente de la présidentielle", selon un proche, qui s'inquiète des bons sondages d'Arnaud Montebourg en vue de la primaire socialiste de janvier.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.