Valéry Giscard d'Estaing hospitalisé: "légère infection" mais pas le coronavirus

Valéry Giscard d'Estaing hospitalisé: "légère infection" mais pas le coronavirus
L'ancien président Valéry Giscard d'Estaing le 14 octobre 2014 au Bourget, près de Paris

, publié le mardi 15 septembre 2020 à 18h04

L'ancien président Valéry Giscard d'Estaing, hospitalisé lundi à Paris, n'a pas contracté le coronavirus et "il se sent bien" malgré une "légère infection aux poumons", a indiqué son cabinet mardi dans un communiqué.

L'ancien chef de l'Etat, âgé de 94 ans, "a été hospitalisé le 14 septembre 2020 à l'hôpital Georges Pompidou, où une légère infection aux poumons a été diagnostiquée", précise le communiqué.

Mais "les médecins ont écarté une infection au coronavirus", ajoute le communiqué, en précisant que Valéry Giscard d'Estaing "suit un traitement de quelques jours et fait savoir qu'il se sent bien, aujourd'hui".

L'ancien chef de l'Etat (1974-1981) avait "par précaution" été admis en réanimation, où une batterie de tests a été menée, a ensuite précisé son cabinet.

Une source de son entourage avait indiqué lundi que le Samu était venu le chercher vers 15H00 à son domicile parisien, après un week-end passé dans sa résidence de campagne à Authon dans le Loir-et-Cher.

"Il a un certain âge, avec des moments plus ou moins en bonne forme. Pour le reste, c'est de l'interprétation", avait affirmé lundi à l'AFP son fils Louis Giscard d'Estaing.

M. Giscard d'Estaing, qui a fêté ses 94 ans le 2 février, a déjà été hospitalisé à Pompidou, dans le XVe arrondissement de Paris, en cardiologie à plusieurs reprises il y a quelques années pour la pose de stents, selon son entourage. 

Plus jeune président de la Vème République lorsqu'il est élu en 1974, Valéry Giscard d'Estaing avait fait l'une de ses dernières apparitions publiques le 30 septembre 2019 lors des obsèques à Paris d'un autre président de la République, Jacques Chirac, qui fut son Premier ministre de 1974 à 1976.

Il a aussi fait parler de lui en mai, visé par une enquête pour agression sexuelle après la plainte d'une journaliste allemande. Cette dernière l'accusait de lui avoir touché les fesses lors d'une interview plus d'un an plus tôt.

L'ancien président doit être entendu par les enquêteurs dans les prochaines semaines.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.