Valence : la permanence de la députée LREM Mireille Clapot taguée

Valence : la permanence de la députée LREM Mireille Clapot taguée
Mireille Clapot, le 23 juin 2017 à Paris.

Orange avec AFP-Services, publié le mercredi 14 août 2019 à 13h30

L'élue a annoncé qu'elle allait porter plainte. "Il s'agit de la dégradation d'un local financé par l'argent public, c'est inacceptable", a-t-elle commenté.

Des inscriptions anarchistes, gilets jaunes et anti-CETA ont été inscrites dans la nuit de mardi 13 à mercredi 14 août sur le rideau en fer des bureaux de la députée LREM Mireille Clapot à Valence.

Les dégradations ont été constatées dans la nuit par une patrouille de police. 

La députée Mireille Clapot a fermement condamné ces dégradations qu'elle considère comme du vandalisme. "Des graffitis avec des symboles anarchistes, des mentions des gilets jaunes, des inscriptions sur le Ceta ou ma 'responsabilité' ont été découverts sur le rideau métallique et une partie de la devanture non protégée de ma permanence", a expliqué à l'AFP Mme Clapot. "Je vais porter plainte. Il s'agit de la dégradation d'un local financé par l'argent public. C'est inacceptable", a ajouté l'élue. 



Le secrétaire d'État à la fonction publique Olivier Dussopt a exprimé son soutien à la députée sur Twitter.


Une quinzaine de permanences de députés ou de locaux du parti LREM ont été ces dernières semaines emmurées ou taguées après la ratification du Ceta, voire saccagées comme à Perpignan en marge d'une manifestation de "gilets jaunes", suscitant une condamnation de l'ensemble de la classe politique.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.