Vaccins obligatoires : pour David Rachline, "l'immigration massive" est à l'origine de la réapparition de maladies infantiles

Vaccins obligatoires : pour David Rachline, "l'immigration massive" est à l'origine de la réapparition de maladies infantiles
David Rachline le 26 avril 2017 à Paris.

Orange avec AFP, publié le jeudi 06 juillet 2017 à 12h47

VIDÉO - David Rachline a suscité l'indignation de nombreux sénateurs présents lors de son discours au palais du Luxembourg mercredi 5 juillet. Le sénateur du Var a fustigé le discours de politique générale d'Edouard Philippe, présent dans l'assemblée et a notamment dénoncé la mesure visant à rendre 11 vaccins obligatoires, contre trois actuellement.

"Certains lobbies eux se frottent les mains, l'industrie pharmaceutique par exemple, suite à votre annonce d'augmenter considérablement le nombre de vaccins obligatoires", a étrillé David Rachline avant d'avancer une explication sur la réapparition de certaines maladies en France.



"Au fait, vous êtes vous demandé pourquoi les maladies disparues de notre sol depuis longtemps refaisait surface ? Il faut avoir le courage de dire que l'immigration massive dans ce domaine est la meilleure piste de réponse". Une sortie remarquée et contestée qui a provoqué des huées dans un sénat habituellement plus calme que l'Assemblée nationale.



Les propos polémiques de David Rachline ont pourtant plusieurs fois été battus en brèche par les scientifiques. Le Huffington Post reprend leurs explications dans un article publié mercredi 5 juillet. Ainsi, l'Institut national de la Santé confirmait dès 2011 au sujet de la rougeole : "Sa diffusion et l'épidémie qu'a connue la France sont la conséquence d'un niveau insuffisant et hétérogène de la couverture vaccinale". Concernant la tuberculose, les migrants "ne sont pas forcément arrivées malades. Ce sont les conditions de la précarité qui précipitent le déclenchement", déclarait au Figaro Jeanine Rochefort, déléguée Ile-de-France de Médecins du monde, le 06 juin 2016.

Vous êtes responsable des propos que vous publiez.
Merci de respecter nos CGU