"Vaccinez-vous pour vous et pour la France" : le nouvel appel d'Emmanuel Macron depuis Tahiti

"Vaccinez-vous pour vous et pour la France" : le nouvel appel d'Emmanuel Macron depuis Tahiti
Emmanuel Macron lors de son discours avant son départ en Polynésie française, le 27 juillet

publié le mercredi 28 juillet 2021 à 08h08

Alors qu'un Français sur deux est complètement vacciné contre le Covid-19, le chef de l'Etat a estimé mardi depuis Papeete (mercredi matin à Paris) que ce chiffre n'était "pas un point d'arrivée", mais "une étape".

Alors que la quatrième vague de Covid-19 déferle sur la France, Emmanuel Macron a conclu son déplacement en Polynésie française par un discours dans lequel il a appelé les habitants à se faire massivement vacciner. 

"Je vous le dis avec beaucoup de force : nous sommes la nation de Pasteur, nous sommes la nation des Lumières", a lancé le président de la République mardi 27 juillet (mercredi matin à Paris) depuis Papeete, à Tahiti. "Face à un virus, quand tous les spécialistes du monde entier vous disent que le seul moyen de s'en sortir est le vaccin, quand plus de trois milliards d'habitants de la planète ont été vaccinés, je vous le dis avec force : le seul moyen de nous en sortir, de protéger les plus anciens, les plus vulnérables, de pouvoir aussi rouvrir la Polynésie pleinement, c'est le vaccin", a-t-il martelé. "Vaccinez-vous pour vous, vaccinez-vous pour vos parents, vaccinez-vous pour la Polynésie et pour la France", a conclu le chef de l'Etat.


Un message qui fait écho aux messages de l'exécutif en métropole, qui vient de passer mardi le cap des 50% de personnes vaccinées. "Ce n'est pas un point d'arrivée, c'est une étape. Je me félicite qu'on ait fortement accéléré ces dix derniers jours. Il y a une prise de conscience, une mobilisation, c'est très important, mais on doit continuer à vacciner", avait affirmé quelques instants plus tôt Emmanuel Macron en visitant le port de pêche de Papeete, appelant à "toujours faire plus, toujours faire plus".

"Il faut faire davantage", a insisté le chef de l'Etat, appelant "tous nos concitoyens à la vaccination", et "en particulier" les personnes âgées, en situation de surcharge pondérale et qui font de l'hypertension. "Même s'ils ont le sentiment qu'ils sont protégés, s'ils sont touchés par le virus, c'est eux qui ont les plus grands risques d'hospitalisation et d'urgences", a-t-il précisé. "Il ne faut pas relâcher l'effort. On continue et on vaccine", a-t-il répété.

Le taux de vaccination en France est en effet très éloigné du seuil d'immunité collective estimé à environ 90% avec le nouveau variant Delta. Alors que la flambée des contaminations se poursuit avec près de 27.000 nouveaux cas enregistrés mardi, le gouvernement ne veut pas relâcher la pression pour atteindre l'objectif des 50 millions de primo-injections fin août. 

"Trois millions de rendez-vous seront ouverts dans les dix prochains jours", a notamment indiqué le ministre de la Santé Olivier Véran lors d'une visite en Seine-Saint-Denis avec le Premier ministre Jean Castex. 

Vos réactions doivent respecter nos CGU.