Vaccination : Valérie Pécresse est "plus préoccupée par le scrutin que par le vaccin", attaque Olivier Véran

Vaccination : Valérie Pécresse est "plus préoccupée par le scrutin que par le vaccin", attaque Olivier Véran
Olivier Véran à Paris, le 14 janvier 2021.

, publié le mardi 19 janvier 2021 à 11h47

Répondant aux élus locaux qui réclament plus de doses pour leur territoires, le ministre a opposé "le principe d'équité territoriale". Il n'y a pas en France de "stocks cachés de vaccins".

Le ministre de la Santé, Olivier Véran, a répondu mardi 19 janvier aux critiques, notamment d'élus locaux, qui dénoncent un manque de doses de vaccin contre le covid-19.

Il s'en notamment pris à Valérie Pécresse, qui "raconte des fables" à propos de ses difficultés dans la campagne vaccinale.

"J'écoutais la président de la région Île-de-France (...), qui nous racontait une fable et qui nous expliquait que les maires était obligés d'acheter eux-mêmes les seringues et les aiguilles, a déclaré le ministre. Ça, c'est plus que faux. (...) Ce sont les services de l'État qui fournissent tout le matériel de vaccination."

"Il y a des gens comme Valérie Pécresse qui sont plus préoccupés par le scrutin que par le vaccin, et il y a des élus qui, de bonne foi, nous disent qu'ils ont besoin d'avoir des réponses. Nous allons leur donner, a-t-il tranché."


"Le président de la République, a encore indiqué Olivier Véran, m'a demandé de publier en toute transparence le nombre précis de doses dont chaque centre de vaccination -il y en a plus de 900- dispose". "Je vais y ajouter la répartition régionale des doses par semaine, la répartition départementale des doses par semaine, de manière que les Français sachent combien de doses sont disponibles dans chaque centre. Ils verront aussi par là qu'il n'y a pas de stocks cachés".

"Sur un million, un million et demi de doses que nous avons reçues, nous avons au niveau national 8.000 doses en stock, le reste est totalement déployé dans les territoires et les centres de vaccination", a ajouté le ministre.

"Avant la fin de semaine, sur le site sante.fr, vous pourrez savoir combien il y a de doses dans votre centre de vaccination le plus proche et combien de doses ont été livrées", a promis Olivier Véran. Et "les élus savent par avance combien de doses ils peuvent utiliser cette semaine, la semaine prochaine, la semaine d'après".

"Nous vaccinons à flux tendu", a souligné le ministre. Les stocks sont livrés par les laboratoires et "déployés immédiatement dans tous les hôpitaux" les lundis et mardis, "pour être donnés aux centres de vaccination les mardis ou mercredis".

"Quelques élus ont ouvert plein de créneaux de rendez-vous, pensant 'on me filera bien plus de doses', mais cela n'est pas possible. D'abord nous n'avons pas de stocks cachés au niveau national, et nous avons le principe d'équité territoriale pour permettre à chaque centre de fonctionner". 

Olivier Véran a assuré que les services de santé "auront vacciné d'ici la fin de février 2,4 millions de Français avec du Pfizer et du Moderna, et, si l'Astra-Zeneca et d'autres vaccins devaient être validés, nous pourrions atteindre 4 millions de Français".

Vos réactions doivent respecter nos CGU.