ALERTE INFO
21:27 Array

Vaccination: Larcher dénonce "l'impréparation" et une "logistique défaillante"

Vaccination: Larcher dénonce "l'impréparation" et une "logistique défaillante"
Gérard Larcher au Panthéon le 11 novembre 2020

, publié le mercredi 06 janvier 2021 à 09h53

Le président (LR) du Sénat Gérard Larcher a dénoncé mercredi "l'impréparation vaccinale" et "une logistique totalement défaillante" après l'accélération de la campagne de vaccination anti-Covid annoncée par le gouvernement.

Il a également confirmé la mise en place par le Sénat d'une "mission commune d'information" sur "les conséquences sanitaires, économiques et sociales" de la pandémie.

"En fait de stratégie vaccinale, on est dans la réalité de l'impréparation vaccinale, d'une logistique totalement défaillante", a déploré sur France 2 M. Larcher.

Pour lui, le gouvernement a fait "un choix qui n'est pas du tout adapté aux types de vaccins aujourd'hui disponibles" et "il n'y a pas d'autre réponse que la vaccination de manière collective du fait même des conditions de conservation" du vaccin Pfizer/BioNTech.

De son côté le patron des Républicains Christian Jacob a estimé sur RTL que "quand on se compare avec nos voisins, la réalité c'est l'incompétence, l'incapacité à gérer les choses".

Le "responsable" de cette situation est Emmanuel Macron, a ajouté M. Jacob, selon qui "il faut s'appuyer sur le seul réseau qui est fiable, efficace, opérationnel, c'est celui des maires", alors que "les maires n'ont pas été mobilisés".

Gérard Larcher a lui recommandé de nommer à la tête de la campagne de vaccination "un logisticien", "d'entamer avec les collectivités territoriales, un vrai dialogue dans la confiance pour aller extrêmement vite" et enfin de "débureaucratiser ce pays".

"C'est une affaire de logistique, c'est une affaire d'organisation", a-t-il insisté, en demandant à "déconcentrer au préfet, dans un dialogue avec les élus".

"Le Sénat va mettre en place une mission commune d'information pour suivre l'ensemble des aspects, des conséquences de cette pandémie, bien sûr sanitaires mais surtout économiques, sociales et sociétales", a-t-il par ailleurs confirmé.

Composée de 19 membres, cette mission, qui sera installée le 13 janvier, aura pour tâche de suivre les effets de la pandémie dans toutes ses dimensions, sanitaires, économiques, sociales ou sociétales, a-t-on appris mardi de source parlementaire. 

Elle bénéficiera de moyens financiers spécifiques, afin d'avoir sa propre capacité d'expertise et de ne pas dépendre uniquement des informations fournies par le ministère de la Santé.

Face aux nombreuses critiques sur le lent démarrage de la campagne de vaccin en France par rapport à l'Allemagne ou au Royaume-Uni, le ministre de la Santé Olivier Véran a annoncé mardi matin que la vaccination serait accélérée et simplifiée.

Vos réactions doivent respecter nos CGU.